palsambleu
étymologie
Altération de par le sang de Dieu, ainsi modifié pour éviter le blasphème.

interjection

palsambleu \pal.sɑ̃.blø\

  1. Jurement de l’ancienne comédie.
    • Arlequin — Étudié ! moi, étudié ! Palsambleu ! vous ne le prenez pas mal. Étudié ! vous ne savez donc pas que je suis homme de qualité ? À peine sais-je écrire mon nom. (Jean-François Regnard, Attendez-moi sous l’orme, 1694, acte III, scène 7)
    • Arlequin — Eh palsambleu ! le moyen de n’être pas tendre, quand on se trouve tête à tête avec vos grâces ? (Marivaux, L’Île des esclaves, 1725, scène 6)
    • Antonio — Ah ! palsambleu, Monseigneur, il est gaillard de me choisir pour montrer à la compagnie que c’est ma fille qui cause tout ce train-là ! (Beaumarchais, Le Mariage de Figaro, 1784, acte V, scène 16)
    • Irus — ''C’est qu’il ne fait pas bon me marcher sur les pieds./>Vive-Dieu ! savez-vous que je n’en crains pas quatre ?/>Palsambleu ! ventrebleu ! je vous avalerais. (Alfred de Musset, À quoi rêvent les jeunes filles'', 1832, acte II, scène 3)

synonymes


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.029
Dictionnaire Français