perdrix
étymologie
(XIIe siècle) Du latin perdix, avec un deuxième \r\ par assimilation.

nom

perdrix \pɛʁ.dʁi\ féminin

  1. (oiseaux) (Spécifiquement) Nom normalisé réservé à six genres de gallinacés de petite taille, de la sous-famille des perdicinés (e.g. cailles, francolins, lagopèdes, etc.) et au sein de la famille des phasianidés, vivant en Europe, en Asie ou en Afrique du Nord, dont les genres les mieux connus sont Perdix (incluant la perdrix grise) et Alectoris (qui inclut la perdrix rouge, la perdrix bartavelle, la perdrix choukar, etc.).
    • C’étaient des volatiles appartenant à l’espèce des perdrix, et auxquels les dénominations zoologiques ne manquent pas. (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Car la région que nous traversons est assez giboyeuse, et les grands nemrods de la m'halla, […], qui ont emmené des meutes de lévriers et des faucons chasseurs, font des hécatombes de lièvres, de perdrix, de poules de Carthage, de renards et de chacals. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 123)
    • La bartavelle, c'est la perdrix royale, et plus royale que perdrix, car elle est énorme et rutilante. En réalité, c'est presque un coq de bruyère. (Marcel Pagnol, La gloire de mon père, 1957, collection Le Livre de Poche, page 222.)
    • Cette perdrix n'est pas la Caccabis Rufa, qui est beaucoup plus petite. C'est la Caccabis Saxatilis, c'est-à-dire la perdrix des roches, qu'on appelle aussi la perdrix grecque, et en Provence, la bartavelle. (Marcel Pagnol, La gloire de mon père, 1957, collection Le Livre de Poche, page 369.)
  2. (Par extension) Nom donné à diverses autres espèces d’oiseaux pouvant rappeler les perdrix proprement dites.
    1. (Acadie)(Québec)(Régionalisme)(courant) (populaire) (Absolument) Nom donné familièrement à la gélinotte huppée (Bonasa umbellus) au Canada français, et dont l'origine remonte aux débuts de la Nouvelle-France.
    • Maintenant, laisse-moi partir seule... Il ne faut pas qu'on nous voie ensemble... » Puis, sans rien ajouter, comme une perdrix qui se lève sous le pied du chasseur, elle s'échappa et disparut dans le détour des chenaux, vers le grand chemin. (Félix-Antoine Savard, Menaud maître-draveur, Montréal : Bibliothèque Québécoise, 1992, p. 151)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.052
Dictionnaire Français