propension
étymologie
(1528) Du latin propensiopenchant »), composé de pro- et de pensio du verbe pensarepeser »).

nom

SingulierPluriel
propensionpropensions

propension \pʁɔ.pɑ̃.sjɔ̃\ féminin

  1. Tendance naturelle vers un état, une action ; penchant ; inclination.
    • […] j’essayais de réagir contre la propension de la finance française à orienter trop exclusivement notre épargne vers les placements à l’extérieur, surtout vers l’achat des fonds d’État étrangers. (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • […] je ne trouvai rien à redire hormis le fait qu’il avait le teint bistré et une propension à la pilosité, deux traits qui me déplurent. (Robert Louis Stevenson, Olalla, 1884, Traduction Jean-Pierre Naugrette, 2004)
    • Deuxième corollaire : la quakerisation des mœurs en progression géométrique accentue une propension halloweenesque à détecter le monstre parmi nous. (Odile Barski , Et tout à coup ce rouge, Le Masque, 2007, chap.16)
    • Elle était envoyée chez le proviseur presque aussi souvent que Dan Swansea, à cause de sa propension à siffler des imprécations du genre : « Tu mourras en enfer, sodomite » aux filles qui roulaient des patins à leurs copains dans les couloirs. (Jennifer Weiner, Des amies de toujours, Éditions Belfond, traduit de l'américain par Hélène Colombeau, 2011)
    • Il reste une redoutable propension de l'architecte à penser la cité radieuse et à produire des Alphaville criminogènes. (François Stasse, La véritable histoire de la Grande Bibliothèque, Éditions du Seuil, 2011, chap. 3)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français