spartiate
étymologie
(1847) De la façon dont on se représente les anciens Spartiates. voir Spartiate
(Sandale) (1947)

adjectif

SingulierPluriel
spartiatespartiates

spartiate \spaʁ.sjat\ masculin et féminin identiques

  1. Énergique, endurant, rappelant l’austérité et le patriotisme des anciens citoyens de Sparte.
    • Il a supporté les souffrances de sa maladie avec un courage spartiate.
    • [...] il se fit violence et s’imposa un régime spartiate durant toute la semaine. Il se levait à six heures trente chaque matin, prenait sa dose de lithium, déjeunait frugalement, puis il partait à la bibliothèque où il travaillait aussi longtemps que son état le lui permettait. La discipline l’aidait à supporter la douleur et à brider sa fièvre. (Patrick Roy, L’homme qui a vu l’ours, Montréal, Le Quartanier, 2015, page 156)
  2. Relatif à Sparte.

nom

SingulierPluriel
spartiatespartiates

spartiate \spaʁ.sjat\ masculin et féminin identiques

  1. (Par substantivation) Personne aux mœurs rigides.
    • C’est un spartiate.

nom

SingulierPluriel
spartiatespartiates

spartiate \spaʁ.sjat\ féminin

  1. Sandale faite de lanières de cuir croisées.

Spartiate
étymologie
(1580) Du latin, lui-même du grec ancien Σπαρτιάτης, Spartiátês, de Σπάρτη, Spártê.

nom

SingulierPluriel
spartiatespartiates

Spartiate \spaʁ.sjat\ masculin et féminin identiques

  1. (Géographie) (Antiquité) Habitant de la ville de Sparte, en Grèce.
    • Comme les Spartiates qui ne punissaient que la maladresse, elle semble admettre le vol. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Comme le petit Spartiate qui cachait un renard sous sa robe, nous laissions stoïquement la faim nous ronger le ventre, car nous avons l’œil plus goulu que l’estomac. (Théophile Gautier, Ce qu’on peut voir en six jours, 1858, réédition Nicolas Chadun, pages 74-75)
    • Les Spartiates étaient petits en nombre, grands de cœur, ambitieux et violents ; de fausses lois n’en aurait tiré que de pâles coquins ; Lycurgue en fit d’héroïques brigands. (Louis Thomas, ''Arthur de Gobineau, inventeur du racisme (1816-1882), Mercure de France, Paris, 1941, page 99)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.009
Dictionnaire Français