affaisser
étymologie
(1529) Dérivé de faix.

verbe

affaisser \a.fe.se\ ou \a.fɛ.se\ transitif conjugaison (pronominal : s’affaisser)

  1. Faire ployer sous un faix.
    • Les grandes pluies affaissent les terres.
    • Le grand âge n’a point affaissé son esprit.
    • La douleur affaisse trop son âme.
  2. (pronominal) Se courber, se tasser, se ployer.
    • Les terres rapportées sont sujettes à s’affaisser.
    • Il s’affaisse, il commence à s’affaisser sous le poids des années.
    • Ce monceau de foin s’est affaissé de tant de mètres.
    • Un esprit qui s’affaisse. Un empire qui s’affaisse.
  3. (pronominal) S’écrouler, s’abattre.
    • L’hiver était rude. Sur les routes que le court dégel de midi amollissait vaguement, la boue se ridait, se hérissait en lilliputiennes murailles et les sillons durcis qui bordaient les ornières ne s’affaissaient point. (Louis Pergaud, Le retour, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Au loin, il y avait de ces champignons qui érigent un gland glueux de pus verdâtre ou qui s’affaissent, flasques, comme des éponges pourries aux puanteurs de charognes. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Frappé d’apoplexie, il s’affaissa sur le sol.
    • [...]. Cette mer d'hommes venait de s'affaisser sous le métal bouillant qui avait fait, aux deux points où il tombait, deux trous noirs et fumants dans la foule, comme ferait de l'eau chaude dans la neige. [...]. (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris'', 1831)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.006
Dictionnaire Français