charnu
étymologie
Du latin populaire carnutus, du latin caro.

adjectif

SingulierPluriel
Masculincharnu
\ʃaʁ.ny\
charnus
\ʃaʁ.ny\
Féminincharnue
\ʃaʁ.ny\
charnues
\ʃaʁ.ny\

charnu \ʃaʁ.ny\

  1. (anatomie) Qui est formé de chair.
    • Une masse charnue. Les parties charnues du corps.
    • Au physique, Antoine n’avait que les lèvres charnues d’Adélaïde.(Émile Zola, La Fortune des Rougon, 1870)
  2. (analogie) (botanique) Pulpeux, succulent, en parlant des plantes et de leurs parties.
    • Plante, racine, feuille charnue. Des fruits charnus. Des pruneaux bien charnus. Des olives bien charnues.
  3. (Figuré) Qui a de la consistance, de l’épaisseur.
    • Ripartites helomorphus se distingue de ses congénères par le chapeau gibbeux et charnu, beaucoup plus épais que la largeur des lamelles, par l'absence de cils marginaux et par ses spores très petites à verrues basses et arrondies. (H. S. C. Huijsman, « Observations sur le genre Ripartites », dans Persoonia, vol. 1, part. 3, 1960, page 337)
    • On vient là surtout pour entendre des mots faussement familiers, des mots si charnus qu’ils semblent autant d’injures lancées à toutes les cuisines diététiques : tablier de sapeur, gras-double, tête de veau sauce gribiche, pieds paquets, saucisson chaud, fraise de veau, potée aux deux viandes. (Philippe Delerm, Le bistrot lyonnais, dans La sieste assassinée, Gallimard, coll. Folio, 2001, p. 73.)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.006
Dictionnaire Français