expier
étymologie
Du latin expiare.

verbe

expier \ɛk.spje\ transitif conjugaison

  1. Réparer un crime, une faute par le repentir, ou une peine, un châtiment imposé ou accepté.
    • Lucas de Beaumanoir a décidé que la mort de la juive serait une offrande suffisante pour expier toutes les fautes amoureuses des chevaliers du Temple ; […]. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • J’apporte dans mon existence nouvelle un sentiment qu’il n’a jamais connu, celui d’expier une ancienne vie certainement nuisible et de racheter des torts dont je me sens encore aujourd’hui responsable, parce qu’il y a, selon moi, entre toutes les femmes également respectables, une solidarité instinctive de droits, d’honneur et de vertus. (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 237)
    • Dès l’Ite Missa est, la sacristine s'agita. Longue, plate et noire comme un staphyllin, desséchée par cinquante ans de célibat concentré, elle semble porter sur ses épaules étroites tout le deuil de la terre, expier tous les péchés du monde. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.003
Dictionnaire Français