grief
étymologie
(Adjectif) De l’ancien français grief. Du latin gravisgrave ») refait en latin populaire en grevis influencé par son antonyme levis. Alors que la forme adjectivale savante grave préserve le sens métaphorique de grave, honorable, et implique ipso facto un comportement digne, noble et sérieux, l’adjectif grief venu de grevis signifie grivois, égrillard et le substantif grief désigne un dommage, puis une plainte contre un dommage, et enfin une réclamation pour obtenir réparation d’un acte de vilenie ou d’un abus dommageable.
(Nom) déverbal#fr|Déverbal de grever#fr|grever ou substantivation du précédent, du latin populaire grevare.

adjectif

SingulierPluriel
Masculingrifgrifs
Féminingrivegrives

grief \ɡʁi.jɛf\

  1. (Désuet) Qui est grave, accablant.
    • Le crime, le cas n’est pas si grief que vous le faites.
  2. (Désuet) Qui est douloureux.
    • Non qu'il ne me soit grief que la Terre possède / Ce qui me fut si cher. (François de Malherbe, cité dans « grief », dans Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, 1872–1877 → consulter cet ouvrage ↗)

traductions
nom

SingulierPluriel
griefgriefs

grief \ɡʁi.jɛf\ masculin

  1. sujet#fr|Sujet ou motif de plainte, reproche, blâme.
    • Non seulement il invita ses concitoyens à déposer leurs ressentiments et leurs griefs sur l'autel de la patrie, mais il demanda encore que le bienfait de cette pacification fût étendu aux autres peuples, et que la France, introduisant parmi les nations une nouvelle diplomatie, jetât les fondements d'une alliance universelle.ISNARD (Maximin) », dans la Biographie universelle et portative des contemporains; ou, Dictionnaire historique des hommes vivants et des hommes morts depuis 1788 jusqu'à nos jours, tome 10, Paris : chez l'Éditeur, 1836, page 2141)
    • Voilà ce que je vous promets aussitôt notre arrivée à Paris : je vous mènerai à M. d’Artagnan, auquel vous conterez les griefs que vous pourrez avoir contre lui. (Alexandre Dumas, Le Vicomte de Bragelonne, 1847, Michel Lévy frères, page 256)
  2. (Désuet) Dommage, mal que l'on subit.
  3. (droit) Plainte formelle déposée auprès d'une autorité, notamment en contexte syndical.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.032
Dictionnaire Français