travestir
étymologie
De l’italien travestire,  composé de tra- et de vestire.

verbe

travestir \tʁa.vɛs.tiʁ\ transitif conjugaison (pronominal : se travestir)

  1. Déguiser en faisant prendre l’habit d’un autre sexe ou d’une autre condition.
    • Il était travesti en Charlot et tenait à la main une petite moustache noire qu’il enduisait de colle. (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Cette femme aimait à se travestir en homme.
    • Se travestir pour un bal costumé.
  2. (Figuré) Déguiser son caractère.
    • C’est un esprit souple, il se travestit aisément.
    • J’ai montré qu’un tel langage secret, volontairement travesti, avait été forgé d’abord à l’aide de la langue parlée par les Gitans ; au lieu de dériver, comme on l’avait longtemps soutenu, de différents patois nationaux. (Alice Becker-Ho, Les Princes du Jargon, Gallimard, 1993) }{#if:{#if:| (OCLC {oclc} ↗)}}, page 11}}
  3. Transposer librement un ouvrage sérieux, pour le rendre comique, burlesque, parodier.
    • Travestir un auteur, travestir un ouvrage.
    • Scarron a travesti Virgile.
    • ''On a travesti la Henriade et Télémaque.
  4. Interpréter mal la pensée de quelqu’un, la rendre d’une manière inexacte, infidèle.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français