venger
étymologie
(1080) De l’ancien français vengier (980) lui-même issu du latin vindico.

verbe

venger \vɑ̃.ʒe\ transitif conjugaison (pronominal : se venger)

  1. Obtenir vengeance de quelque injure, de quelque outrage, de quelque acte coupable ; se dit en parlant des choses dont on veut tirer satisfaction.
    • Là, les bédouins ont donné libre cours à leur fureur dévastatrice, se vengeant des longues exactions dont ils avaient été victimes. De toutes les belles mosaïques, moulures, sculptures, peintures sur bois qui l'ornaient, il ne reste qu'un monceau de débris informes, noircis par l'incendie […]. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 45)
    • Ils le mirent au courant de leur projet de rébellion contre le monarque pour venger la mort de leur père et l’incitèrent à y participer aussi. (Mak Phoeun, Histoire du Cambodge de la fin du XVIe siècle au début du XVIIIe siècle, Paris : Presses de l'École française d'Extrême-Orient, 1994, chap. 7)
  2. Se dit aussi en parlant des personnes qu’on considère comme offensées.
    • Venger quelqu’un d’un affront.
    • Venger son ami.
    • Se venger avec éclat.
    • Se venger de ses ennemis.
    • Se venger sur quelqu’un d’une injure qu’on a reçue.
    • Il m’a joué un mauvais tour, je m’en vengerai.
    • Elle s’est bien vengée.
  3. Se dit encore en parlant des choses que l’on regarde comme atteintes par une offense.
    • Venger son honneur.
    • Venger la mémoire de quelqu’un.
    • Venger sa patrie.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français