abstraire
étymologie
Du latin abstrahere.

verbe

abstraire \ab.stʁɛʁ\ conjugaison (pronominal : s’abstraire)

  1. (transitif) Considérer isolément par abstraction des choses qui sont unies.
    • Bébé abstrait le bleu de plusieurs jouets bleus, mais ne lui parlez pas d’abstraire.
    • Remarquez même que ces deux opérations opposées, concraire et abstraire, se trouvent toujours réunies, et sont nécessaires toutes les deux dans la formation de toute idée composée quelconque ; car toutes les fois que je forme une nouvelle idée avec divers élémens pris çà et là, si je sépare chacun de ces élémens de circonstances que je néglige parce qu’elles ne sont pas nécessaires à mon objet, si je les abstrais, en même temps je les réunis, je les concrais pour en former l’idée nouvelle. Ainsi j’abstrais et je concrais en même temps, ou plutôt ce que j’abstrais d’un côté je le concrais de l’autre ; c’est pourquoi je n’aime pas beaucoup ces mots abstraire et concraire. (Antoine Destutt de Tracy, Élements d’idéologie, an XII (1805))
    • M. Laporte dit que l’on abstrait lorsqu’on pense à l’état isolé ce qui n’est point fait pour exister isolément. Le concret, par opposition, est une totalité qui peut exister par soi seule. (Jean-Paul Sartre, L’Être et le Néant, Gallimard, « Tel », 2000, p. 37)
    • Abstraire l’accident du sujet, de la substance.
    • En algèbre, on abstrait la quantité, le nombre de toutes sortes de sujets.
  2. (pronominal) Se plonger dans la méditation ou dans la rêverie, n’avoir de pensée et d’attention que pour l’objet intérieur qui occupe.
    • Il a une telle faculté de s’abstraire qu’il travaille au milieu du bruit.
antonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.006
Dictionnaire Français