aliter
étymologie
Du préfixe latin ad-, indiquant une direction, et lit.

verbe

aliter \a.li.te\ transitif ou pronominal conjugaison (pronominal : s’aliter)

  1. Forcer à se mettre au lit, à garder le lit.
    • Cette blessure l’a alité pendant trois mois.
    • C’est si bon de marcher quand on a été longtemps alitée. (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
  2. (Pêche) (vieilli) Ranger les produits de la pêche par lits successifs.
    • Aliter les anchois dans un tonneau.
  3. (pronominal) Se mettre, se tenir au lit pour cause de maladie.
    • Ce fut vers cette époque que la mère Désiré, sans qu’on sût pourquoi ni comment, fut prise de coliques bizarres qui l’obligèrent à s’aliter. (Louis Pergaud, Un petit logement, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Un soir, je dus m’aliter avec une température de plus de 40° ; le surlendemain les pétéchies firent leur apparitions : c'était le typhus. (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 96)
  4. (pronominal) Se coucher, en parlant des loups.

traductions
  • anglais : bed
  • espagnol : encamar



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.005
Dictionnaire Français