cause
étymologie
Du latin causa.

nom

SingulierPluriel
causecauses

cause \koz\ féminin

  1. Ce qui fait qu’une chose est ou s’opère.
    • Une expression matoise parcourut le visage de l’homme aux lunettes noires sans qu’il me fût possible d’en deviner la cause. (Francis Carco, Les Hommes en cage, Éditions Albin Michel, Paris, 1936, p. 79)
    • Le relâchement du lien vassalitique est une des causes de la défaite finale du Midi et de son suzerain, le comte de Toulouse. (Paul Gachon, Histoire du Languedoc, Boivin & Cie, 1941, p. 89)
    • Le ciel règle souvent les effets sur les causes. (Pierre Corneille, M. de Pomp., V, 2)
    • Nos sens, étant eux-mêmes les effets de causes que nous ne connaissons point, ne peuvent nous donner des idées que des effets, et jamais des causes ; il faudra donc nous réduire à appeler cause un effet général, et renoncer à savoir au delà. (Georges Louis Leclerc, Théor. de la terre, 1er disc.)
    • L’homme aujourd’hui sème la cause, Demain Dieu fait mûrir l’effet. (Victor Hugo, Crép., 5)
    • Oh ! que ne puis-je, instruit des principes des choses, Connaître les effets, approfondir les causes. (Jacques Delille, Géorg., II)
  2. Ce qui produit ou occasionne, en parlant des personnes ou des choses.
    • Les anciens avaient justement montré le rôle de l’organisme vivant comme cause génératrice des maladies, les éléments extérieurs en étant les causes provocatrices. (Joseph Grasset, Traité élémentaire de physiopathologie clinique, tome 2, Éditions Coulet, 1911, p. 13)
    • Cet événement fut cause ou la cause de son bonheur. Mes affaires sont cause que je ne puis sortir. Être cause, ou la cause involontaire, innocente d’un malheur.
    • Il fut cause de la perte de tous les siens. (Jacques-Bénigne Bossuet, Historique, III, 5)
    • Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu’ils en chérissent les causes. (Bossuet, Extrait d’un Sermon)
  3. Raison, sujet, motif.
    • Vous connaissez la cause qui m’a fait agir. Je désire savoir pour quelle cause… Quelle était la cause de leur voyage ? Pour une cause légère. Sans cause. Non sans cause.
    • Assurez-vous sur lui qu’il en a juste cause. (Pierre Corneille, Poly., I, 3)
    • Quand le malheur ne serait bon Qu’à mettre un sot à la raison, Toujours serait-ce à juste cause Qu’on le dit bon [le malheur] à quelque chose. (Jean de la Fontaine, Fabl., VI, 7)
    • Mon malheur est parti d’une si belle cause ? (Jean Racine, Mithr., IV, 2)
    • De sa mort en ces lieux la nouvelle semée Ne vous a pas vous seule et sans cause alarmée. (Jean Racine, ib., V, 4)
  4. (juri). Cause d’une obligation, avantage moral ou matériel que se propose le contractant : dans le contrat à titre onéreux, l’équivalent de l’obligation de l’autre partie ; dans le contrat à titre gratuit, la bienfaisance.
  5. Sous-jacent, valeur d’un titre.
    • Cause d’un billet, d’un effet de commerce, équivalent exprimé de l’engagement souscrit dans le billet.
    • Pas d’obligation valable sans cause. Cause fausse, illicite. L’obligation dont la cause est contraire aux bonnes mœurs est nulle.
  6. (juri) Procès qui se plaide.
    • Un avocat raconta à ses voisins une cause jugée dans la journée. Il s’exprimait avec retenue, presque en confidence, à raison du sujet. Il s’agissait d’un homme qui avait égorgé une fillette en même temps qu’il la violait, et qui, pour qu’on n’entendît pas les cris de la petite victime, chantait à tue-tête. (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • Devant certaine guêpe on traduisit la cause […] Depuis tantôt six mois que la cause est pendante, Nous voici comme aux premiers jours. (Jean de la Fontaine, Fabl., I, 21)
    • Devant elle [la justice] à grand bruit ils expliquent la chose ; Tous deux avec dépens veulent gagner leur cause. (Nicolas Boileau-Despréaux, Ép., II)
    • Si les avocats restent assis à discuter entre eux, c'est qu'il y aura seulement un appel des causes. Patientez un peu et arrêtez de vous ronger les ongles. (Maître Eolas, Au fait, comment on fait un procès ? 3ème et dernière partie, 22 juillet 2005)
  7. (Par extension) Parti, intérêt.
    • La bonne cause. La fortune se déclara pour la bonne cause. Prendre en main la cause du peuple. Embrasser vivement la cause de la justice.
    • Laisse-les espérer, laisse-les entreprendre ; Il suffit que ta cause est la cause de Dieu, Et qu’avecque ton bras elle a pour la défendre Les soins de Richelieu. (François de Malherbe, II, 12)
    • Sous la cause publique il vous cachait sa flamme. (Pierre Corneille, Cinna, III, 1)
    • Son trop d’amour pour la cause publique. (Pierre Corneille, Hor., V, 2)
    • Sa cause à tous les rois n'est-elle pas commune ? (Jean Racine, Ath., III, 6)
    • Grand Dieu, juge ta cause et déploie aujourd'hui Ce bras, ce même bras qui combattait pour lui. (Jean Racine, Prol. d’Esth.)
    • Il entend plaider devant lui la cause des médecins. (Marquise de Sévigné, 412)
    • Vous aviez soutenu une mauvaise cause. (Marquise de Sévigné, 110)
    • Télémaque et moi nous combattrons pour la bonne cause. (François de Salignac de La Mothe- '=oui, Les Aventures de Télémaque (Fénelon), XI, 1699)
    • Je ne peux vous aimer, je ne peux à ce prix, Accepter un combat pour ma cause entrepris. (Voltaire, Tancien, II, 6)
    • S. Justin plaida la cause des chrétiens après Quadrat et Aristide. (François René Chateaubriand, Gén., I, I, 1)
    • John Boyega, héros de « Star Wars » et virulent défenseur de la cause noire (Samuel Blumenfeld, Le Monde, 2020)
synonymes
forme fléchie

cause \koz\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de causer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de causer.
    • Avec le fond de serrage mobile I on évite les désagréments que cause souvent le fond de serrage immobile; par exemple, si le socle est bossué, il est impossible, avec le fond de serrage immobile, de le débossuer sans démonter le cylindre J et le fond de serrage, ce qui est très-coûteux et très-difficile; pour faire ce travail on est souvent obligé de revernir la lampe; cela arrive même aux lampes neuves, en les livrant, et surtout en les expédiant. (Description des machines et procédés pour lesquels des brevets d’invention ont été pris sous le régime de la loi du 5 juillet 1844, XLVIII, 1864)
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de causer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de causer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de causer.
    • Le mot d’ordre n’est plus Gesta Dei per Francos, mais « Cause toujours, tu m’instructionnes ». (Pierre Nord, Espionnage à l’italienne, 1963, prologue)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.053
Dictionnaire Français