borborygme
étymologie
Du grec ancien βορβορυγμός.

nom

SingulierPluriel
borborygmeborborygmes

borborygme \bɔʁ.bɔ.ʁiɡm\ masculin

  1. (Médecine) Bruit que font entendre les gaz contenus dans l’abdomen quand ils se déplacent au milieu des liquides contenus dans les intestins.
    • Des nausées l'assiégeaient et des borborygmes travaillaient sournoisement ses intestins. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette ↗, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 86)
    • Est-ce à ce spécialiste de la scatologie, de la stercologie, de la coprophagie et de la Poudrette, à ce peintre attitré de la fosse d’aisance et des lits défaits, à ce musicien du borborygme, que vous confiez le soin d’ennoblir et de diriger l’imagination de l’enfance française ? Ah ! non… » Signé : « Un père lucide et indigné. » (Henri Troyat, Le mort saisit le vif, 1942, réédition Le Livre de Poche, page 143)
  2. (Par extension) Bruit de gaz ou de liquides à l’intérieur de tuyaux ou de conduites.
    • En été, nous arrosions longuement la cour avec un lance à bec de cuivre dont le jet – souvent troublé par des borborygmes et des pétarades – portait assez loin pour franchir le mur, et inonder dans la rue quelque passant choisi par le sort, qui venait parfois récriminer. (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 70)
    • La plupart des maîtrises, lorsqu’elles l’entonnent, se plaisent à simuler les borborygmes qui gargouillent dans les conduites d’eaux. (Joris-Karl Huysmans, En route (roman), 1895)
  3. (Par extension) Paroles incompréhensibles.
    • S’exprimant par gestes et par quelques borborygmes vaguement français, Pedro indique la gare la plus proche à ses deux compagnons de voyage, et reprend la direction de la montagne. (Pierre Dac, Jacques Pessis, Un loufoque à Radio Londres, Omnibus, 2014 (1re éd. 2008)) }{#if:{#if:| (OCLC {} ↗)}}, page XV}}
    • Ou les langues étrangères sont perçues comme celles de communautés qui bégayent des sons incompréhensibles à syllabes proférées dans un borborygme de répétition, d’où le nom de Barbaros, onomatopée comparable au barbara du sanscrit, et dont les Grecs anciens désignaient ceux qui vivaient, et parfois nomadisaient, en dehors du périmètrre[sic] de la civilisation attique, y compris, au début, les Macédoniens ! (Claude Hagège, Dictionnaire amoureux des Langues, Plon/Odile Jacob, 2009, page 499, ISBN 978-2-259-20409-5)
synonymes
traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.032
Dictionnaire Français