séduction
étymologie
(ca. 1165) Du latin seductio.

nom

SingulierPluriel
séductionséductions

séduction \se.dyk.sjɔ̃\ féminin

  1. Action par laquelle on séduit.
    • […], ces femmes d’une nature à part. Tout en elles est, en effet, plein de séduction : leurs poses sont aussi ravissantes que leur démarche ; […] (Flora Tristan; Les Femmes de Lima, dans Revue de Paris, tome 32, 1836)
    • Il employa l’argent, les promesses, et tout ce qui peut contribuer à la séduction.
    • Il déploya son talent de séduction.
    • La séduction d’une jeune fille.
    • Séduction de témoins est l'action de suborner, de corrompre des témoins.
  2. Attrait ou agrément qui rend certaines choses propres à séduire.
    • […] ; mais , le jeune martyr étant resté aussi ferme devant les tortures que devant les séductions mondaines, le khalife donna l’ordre de trancher tour à tour avec le glaive chacun de ses membres meurtris ; l’ordre barbare fut obéi. (« Martyre de saint Pelayo », extrait de Raguel, apud Florez, t. XXIII, p. 233, en pièce justificative dans Histoire d'Espagne depuis les premiers temps historiques jusqu'à la mort de Ferdinand VII, par Eugène Rosseeuw Saint-Hilaire, tome 3, Paris : chez Pitois-Levrault & Cie , 1838, p. 506)
    • La séduction des richesses, de la jeunesse, de l’esprit, du pouvoir, des manières, du regard, d'un abord, des passions.
    • Ce conférencier a beaucoup de séduction dans la parole, dans la voix.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.036
Dictionnaire Français