seine
étymologie
Du latin sagena issu du grec ancien σαγήνη.

nom

SingulierPluriel
seineseines

seine \sɛn\ féminin

  1. Variante orthographique de senne (filet de pêche encerclant et traînant, mis à l’eau à partir d’une embarcation, et manœuvré soit du rivage, soit à partir du bateau lui-même).
    • Pêcher à la seine. Tirer la seine.
    • Une fois, alors qu’ils avaient été encalminés pendant une demi-journée, les matelots avaient gréé une seine dans l’espoir de prendre du poisson frais. (Alexander Kent, Capitaine de Sa Majesté, Phébus, coll. « libretto », 1992, traduction d’Alain Bories, p. 203)
traductions
forme fléchie

seine \sɛn\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de seiner.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de seiner.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de seiner.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de seiner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de seiner.

Seine
étymologie
Du latin Sequana.

nom propre

Seine \sɛn\ féminin, invariable

  1. (Géographie) Fleuve français, qui coule dans le Bassin parisien et arrose notamment Troyes, Paris et Rouen.
    • Hilperik entra à Paris sans aucune opposition, et logea ses guerriers dans les tours qui défendaient les ponts de la ville, alors environnée par la Seine. (Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 1er récit : Les quatre fils de Chlother Ier — Leur caractère — Leurs mariages — Histoire de Galeswinthe (561-568), 1833–1837)
    • Je contemple un instant la Seine qui traîne comme une limace. Elle est faite de toute la boue de Paris. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette ↗, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 247)
    • Louis le pieux meurt en 840 sur le Rhin. Un an plus tard, la flotte danoise embouque l’estuaire de la Seine. (Patrick Louth, La civilisation des Germains et des Vikings, Genève : éditions Famot, 1976, page 141)
    • Ce travail a été fait à Paris. Nous aimerions que, si l’existence de cet élément 93 est confirmée, on le nommât Sequanium (Sq), en hommage à la vaillante et généreuse civilisation qui a fleuri sur les bords de la Seine. (Hulubei, Horia; et Cauchois, Yvette ; Nouvelles recherches sur l’élément 93 naturel, Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences [de Paris], volume 209, pages 476–479 (juillet–décembre 1939))
  2. (Géographie) Ancien département français correspondant à la ville de Paris et à sa proche banlieue.
    • Article unique. — La commune de Clamart est distraite du canton de Sceaux (arrondissement de Sceaux, département de la Seine) et rattachée au canton de Vanves (même arrondissement et même département). (Loi du 20 février 1897, Journal officiel du 23 février 1897, France)
  3. (Géographie) Rivière canadienne du Manitoba, affluent de la rivière Rouge juste au sud de Winnipeg. Une partie du cours d’eau emprunte le canal de dérivation de la rivière Rouge pour contourner Winnipeg. Elle fait partie du bassin du fleuve Nelson.
  4. (Géographie) Rivière canadienne de l’Ontario, s’écoulant du lac des Mille Lacs au lac à la Pluie ; elle fait aussi partie du bassin du fleuve Nelson.
traductions
  • allemand : Seine
  • anglais : Seine
  • espagnol : Sena
  • italien : Senna
  • portugais : Sena
  • russe : Сена



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.026
Dictionnaire Français