ban
étymologie
(Nom 1) De l’ancien bas frk ban (« loi dont la non-observance entraîne une peine » voir ban en ancien français) apparenté au vieux haut allemand ban « commandement sous menace de peine, défense, juridiction et son domaine », au vieux norrois ban (« défense, interdiction »), ban#en|ban en anglais - tous dérivés du verbe germanique banną (« parler publiquement sous le contrôle d’une autorité », « commander ou défendre sous menace de peine » voir bannen dans les langues germaniques) remontant au radical langues indo-européennes bhā- (« parler » voir for, fandus « parler, permis » en latin, fabuler en français, hablar, « parler » en espagnol, etc).
(Nom 2) Du sh бан probablement [1] d’origine avare, le mongol a bayan (« riche, propriétaire »).
(Nom 3) De l’anglais ban.

nom

SingulierPluriel
banbans

ban \bɑ̃\ masculin

  1. Proclamation pour ordonner ou défendre quelque chose.
    • Le général fit publier un ban pour défendre aux soldats de s’éloigner du camp.
  2. (En particulier) Publication par voie d’affiches à la porte de la mairie, ou d'un lieu de culte, d’une promesse de mariage entre deux personnes.
  3. (hist) Convocation par le suzerain des nobles pour le servir à la guerre, soit eux-mêmes en personne, soit par un certain nombre de gens armés, proportionnellement au revenu et à la qualité de chaque fief.
    • Cette frontière qu'il fallait défendre contre les Goths et contre les Basques appartenait alors toute entière au roi d'Austrasie, au nom duquel le ban de guerre fut publié sur les deux rives de l’Adour. […], le mark-graf ordonna une levée en masse des habitants du pays ; […]. (Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 2e récit : Suites du meurtre de Galeswinthe — Guerre civile — Mort de Sighebert (568-575), 1833 - éd. Union Générale d’Édition, 1965)
  4. (Par extension) (noblesse) Le corps même de la noblesse qui pouvait être ainsi convoqué.
    • Pour se tirer d’affaire, il dut convoquer le ban et l’arrière-ban de ses amis.
    • Le ban se rapportait aux fiefs et l’arrière-ban aux arrière-fiefs.
  5. Exil imposé à quelqu’un par proclamation.
  6. (Alsace) (Lorraine) (Champagne) (Wallonie) Territoire communal.
    • C'est à ce point n° 88 que se terminent les bans de ces deux communes, qui s'étendent ainsi tous deux du n° 87 n° 88, et que commencent le ban de la commune française de Gambskeim et celui de la commune badoise de Freystett. (Bulletin des lois, V.20, 1840, page 443)
    • Bornage du chemin qui a dû être laissé sur le ban de Bouillon, aux habitants de Pouru-St-Remy, pour conduire leurs bestiaux à la forêt de Haut-Mont-Ficher, en exécution du concordat de 1773, […]. (J. Ozeray, Inventaire des manuscrits et de tous les documents conservés à l'Hôtel-de-Ville de Bouillon, 1870)
    • Vous avez récemment donné votre avis sur le site de L’Automobile Club à propos de la généralisation du 30 km/h sur tout le ban communal de l’agglomération strasbourgeoise. (L’Automobile Club, courriel aux adhérents, 2 mai 2011)

traductions
nom

SingulierPluriel
banbans

ban \bɑ̃\ masculin

  1. Chef d’un banat, un type de région du sud-est de l’Europe.
    • Ce ne fut que le 7 juillet 1389, trois semaines après la bataille, que Gara, ban de la Matchva, apparut à la cour du Kenezius de Rascia (c’est ainsi que le protocole hongrois désignait Lazare). (Louis Léger, « La bataille de Kosovo et la chute de l’empire serbe », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1916, volume 60, numéro 6, page 573)

nom

SingulierPluriel
banbans

ban \ban\ masculin

  1. (Jeux vidéo) (Argot Internet) bannissement#fr|Bannissement, généralement par blocage d'un compte.
    • Se prendre un ban : Se faire bannir.

verbe

ban \ban\ invariable

  1. (Jeux vidéo) (Argot Internet) bannir#fr|Bannir un joueur, un utilisateur.
    • Mais on risque pas de se faire ban en prenant l’avion quand même ? Personne n’a testé ? (« Comment ne pas se faire ban », jeuxvideo.com, 22 juillet 2016)

BAN
étymologie
 Composé de base, aéronautique et naval.

nom

BAN \ban\ féminin acronyme

  1. (Aéronautique) Base aéronavale ou base aéronautique navale.
    • La BAN de Landivisiau.
  2. (construction) Béton autonivelant.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.023
Dictionnaire Français