calotte
étymologie
Du latin calotta, emprunté à l’ancien provençal calotta. Pourrais provenir de l’arabe كلوتة (« bonnet »).

nom

SingulierPluriel
calottecalottes

calotte \ka.lɔt\ féminin

  1. Espèce de petit bonnet qui ne couvre ordinairement que le haut de la tête et qui est surtout en usage parmi les gens d’église.
    • Le curé, n'est-ce pas ? le curé de cette grande église ? Tiens ! c'est vrai, que je suis bête ! je n'avais pas vu votre calotte ! (Victor Hugo, Les Misérables, I, 2, 3 ; 1862)
    • Alors seulement, un peu remis de ma frayeur, je remarquai que notre maître avait sa belle redingote verte, son jabot plissé fin et la calotte de soie noire brodée qu’il ne mettait que les jours d’inspection ou de distribution de prix. (Alphonse Daudet, La dernière classe, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 10.)
    • Il négligeait la propreté à un degré tout à fait choquant. Dans son cours, son vieux manteau et les manches de sa soutane servaient à essuyer les instruments et en général à tous les usages du torchon ; sa calotte, rembourrée pour préserver son vieux crâne des névralgies, formait autour de sa tête un bourrelet hideux. (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 137.)
    • Derrière lui, un petit homme noir coiffé d'une calotte grecque surgit, minuscule et grotesque. (Pierre Souvestre et Marcel Allain, Fantômas, 1912, Éditions Robert Laffont, Bouquins, tome 5, page 982)
    • La calotte rouge d’un cardinal, d’un enfant de chœur.
    • Porter la calotte.
    • Le Pape a donné la calotte à un tel, il l’a élevé à la dignité de cardinal.''
  2. (vieilli) (Figuré) (Péjoratif) Le clergé catholique.
    • À bas la calotte ! (Titre et refrain d'une chanson de Georges Bargas, 1902)
    • ''– À bas la calotte !/>– À bas la calotte ! » répéta Zèphe Maloret emporté par son élan. (Marcel Aymé, La jument verte'', Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 183.)

    • Le ciel en soit loué, je vis en bonne entente
      Avec le Père Duval, la calotte chantante
      (Georges Brassens, Les trompettes de la renommée, 1962)
  3. (Figuré) (familier) Tape sur la tête.
    • Donner, recevoir une calotte.
    • Je t’ai donné une calotte, tu m’as rendu un coup de ciseaux, c’était de jeu. (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
  4. (Belgique) Bonnet traditionnel des étudiants des universités catholiques par opposition avec la penne des étudiants des institutions non confessionnelles.
    • Nadine et Max ont porté la calotte durant toutes leurs études.
  5. (analogie) Chose qui a quelque rapport de forme ou de destination avec une calotte.
    • La calotte glaciaire de l’Europe s’est réfugiée en Scandinavie avec son cortège de plantes boréales. (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p.58)
    1. (architecture) Petite voûte sphérique peu élevée.
    2. (anatomie) Partie supérieure du crâne.
      • La calotte crânienne.
    3. (Géométrie) Sphère coupée par un plan.
      • Calotte sphérique.
      • La calotte des cieux, la voûte du ciel.
    4. (cuisine) Sorte de récipient hémisphérique
      • Après avoir raclé le fond de mousseline de saumon, Victor emporta la calotte vide vers les éviers. (Monica Ali, En cuisine, traduit de l'anglais par Isabelle Maillet, Belfond, 2010, chap.6)
    5. (Géographie) Couche de glace qui recouvre les pôles.
  6. (analogie) Prépuce.
synonymes
traductions
traductions
traductions
traductions
traductions
traductions
traductions
traductions
forme fléchie

calotte \ka.lɔt\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de calotter.
  2. Première personne du singulier du subjonctif présent de calotter.
  3. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de calotter.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de calotter.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de calotter.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.008
Dictionnaire Français