gain
étymologie
(XIIIe siècle) Déverbal de gagner, en ancien français gaaing.

nom

SingulierPluriel
gaingains

gain \ɡɛ̃\ masculin

  1. profit#fr|Profit que l’on tire d’une entreprise, d’un travail, d’un commerce, d’une vente, etc.
    • Gain considérable.
    • gain médiocre.
    • gain illicite.
    • gain honnête.
    • Travailler pour le gain.
    • Vivre de son gain.
    • Il est âpre au gain.
    • L’amour du gain.
    • L’appât du gain.
    • Il a dépensé en un mois le gain de dix années.
  2. Succès, victoire, avantage que l’on a dans une entreprise, dans une affaire.
    • A la fin, il était si las de ce gain perpétuel, qu’il aurait donné tout au monde pour perdre une seule fois; mais son bonheur le poursuivait avec un acharnement implacable. ( Charles Deulin, Cambrinus)
  3. (Électronique) Rapport entre la valeur d'entrée et celle de sortie de la tension, de l’intensité ou de la puissance d'un montage. Il est généralement exprimé en décibel.
    • En général, les transistors de puissance ont un gain plus faible que les transistors de faible signal.
    • Le gain issu de cette fonction de transfert est représenté par la courbe rouge, « proche » du gabarit donné. (François Lavallou, « Le complexe industriel », Les nombres complexes, Bibliothèque Tangente no 63, mai 2018, page 146.)
  4. (Par extension) (Télécommunications) Capacité d’amplification d’une antenne.
    • Très grossièrement on peut dire que pour la même fréquence d'utilisation, les dimensions d'une antenne seront d'autant plus grandes que son gain sera élevé et son lobe principal plus étroit. (Antenne radioélectrique sur l’encyclopédie Wikipédia)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.012
Dictionnaire Français