insinuer
étymologie
Du latin insinuare.

verbe

insinuer \ɛ̃.si.nɥe\ transitif conjugaison

  1. Introduire doucement et adroitement quelque chose.
    • Lorsque je fis fonctionner de nouveau mon cerveau, elle s'était glissée tout contre moi, insinuant une de ses jambes sous les miennes, et je n'eus qu'un léger mouvement sur le flanc à faire pour m'abîmer à la fournaise délicieusement étroite de son intimité. (Sylvio Sereno, Latitude 9°-S, Éditions du Faucon Noir, 1956, p. 41)
    • L’eau s’était insinuée dans les pores du bois, par les fentes.
    • L’espoir s’insinuait peu à peu dans mon âme.
    • Une éloquence pleine d’onction qui s’insinue dans les cœurs.
  2. (Figuré) Faire entendre adroitement, faire entrer dans l’esprit.
    • ''— Il fait soif, que j’ai insinué./> Une minute après, trois nouvelles fines à l’eau étaient sur la table. (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Mort aux ténors (roman)'', ch. XI, Série noire, Gallimard, 1956, p. 99)

    • Insinuer de bons sentiments dans le cœur d’un enfant. — Insinuer une doctrine.

      s’insinuer transitif

  3. Se faire admettre quelque part, s’y introduire avec adresse, en parlant des personnes.
    • (Figuré)Bon vin, bons mots, gaillardes chansonnettes;
      Sont aiguillons aux amoureux désirs,
      En toute porte entr’ouverte aux plaisirs
      L'adroit Amour aisément s'insinue.
      (Jean de la Fontaine, Le Sassenage -1691- Conte, dans Contes et nouvelles en vers, V.3, 1762, p.185)
    • Les propos du gros garçon se mirent à charlestonner dans son cerveau où la lucidité s'insinuait souverainement. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette ↗, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 144)
    • Rien dans ses agissements, ses relations, n'était douteux. Plusieurs heures durant, vingt limiers du Bureau Central avaient travaillé d'arrache-pied sur cette matière, cherchant la faille par où pourrait s'insinuer le soupçon. Pour aboutir à délivrer vingt certificats de bonne vie et mœurs... (Léo Malet, Johnny Metal et le dé de jade, Paris : G. Ventillard, 1947 & Paris : Fleuve Noir, 1984, chap. 17)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français