intonation
étymologie
Dérivé du latin médiéval intonare, lui même dérivé de l’ancien français entonner#fro|entonner avec le suffixe -tion.

nom

SingulierPluriel
intonationintonations

intonation \ɛ̃.tɔ.na.sjɔ̃\ féminin

  1. (musique) Manière d’attaquer un son, un air.
    • Jamais ni la Malibran, ni la Pasta n'avaient fait entendre des chants si parfaits de sentiment et d'intonation ; […]. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Et sa voix alors prenait une intonation dolente et uniforme, enflant les mots, appuyant indéfiniment sur les syllabes. Cela m’agaçait beaucoup. (Octave Mirbeau, [http://www.la-pensée-française.com/octave-mirbeau-chanson-carmen.html Contes cruels : La Chanson de Carmen (1882)])
  2. (Par extension) Action de mettre un chant sur le ton dans lequel il doit être, en parlant du plain-chant.
    • L’intonation de ce psaume est de tel ton.
  3. (Par extension) Ton que l’on prend en parlant ou en lisant.
    • […] ; sa voix a des intonations brèves comme si, quand on l’interroge, on la contrariait dans son attente, dans ses calculs secrets ; […]. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  4. (Linguistique) Changement de hauteur de la voix pour signaler l’état d’esprit du locuteur comme une interrogation mais pas pour distinguer des mots comme les tons. Indiqué par ↗ ou ↘.

traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.020
Dictionnaire Français