relique
étymologie
Du latin reliquiae.

nom

SingulierPluriel
reliquereliques

relique \ʁə.lik\ féminin

  1. (sens étymologique) Les restes de quelque chose.
    • Les reliques de sa fortune. — Les reliques d’une ancienne splendeur.
  2. Ce qui reste d’une personne après sa mort, soit le corps entier, soit une partie du corps, soit même ce qui lui a appartenu, qui a été à son usage, et qui est gardé en souvenir.
    • C'est une collection de reliques, non pas de saints, mais de rois. En effet, chaque papier enveloppait un os, des cheveux ou de la barbe. — Il y avait une rotule de Charles IX, le pouce de François Ier, un fragment du crâne de Louis XIV, une côte de Henri II, une vertèbre de Louis XV, de la barbe de Henri IV et des cheveux de Louis XIII. (Alexandre Dumas, ''Les Mille et Un Fantômes,)
    • Pour arracher l’espèce entière à l’animalité il ne fallait que deux conditions : que l’on conservât dans des locaux surveillés les reliques – toiles, livres, statues – des clercs morts ; qu'il restât au moins un clerc vivant pour continuer la besogne et fabriquer les reliques futures. (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, page 151.)
  3. (courant) (religion) Ce qui reste d’un saint, d'un martyr, voire de Jésus-Christ lui-même, après sa mort.
    • Le vol des choses consacrées à Dieu était un sacrilège, parce que ce vol renfermait une profanation de choses saintes : tel était le vol des calices, ciboires, reliques, images et même des troncs d'église. (Adolphe Chauveau & ‎Faustin Hélie, Théorie du Code pénal, Bruxelles : Imprimerie typographique belge, 1844, vol.3, page 40)
    • C’était un plastron en flanelle rouge, l’un de ces talismans quasi hygiéniques qui, avec les pilules et les spécialités pharmaceutiques, remplacent, chez les peuples protestants de la chrétienté, les images et les reliques miraculeuses. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 102 de l’éd. de 1921)
    • L'histoire du culte de saint Bond à Sens, à Paris et dans le diocèse de Soissons, de même que l'histoire de ses reliques, ont fait l’objet d'un long développement en 1867 de la part des bollandistes, travail nécessitant une actualisation. (Pierre Glaizal & Étienne Dodet, L'ermitage Saint-Bond à Paron; la légende et l'histoire, société archéologique de Sens, 2006, page 40)
  4. (Par extension) Quelque chose de précieux que l’on garde en souvenir.
    • Les reliques du passé. - Les reliques du cœur.
    • Les arbres cauliflores tels l'arbre de Judée ou le caroubier, ou encore des herbacées reviviscentes comme Haberlea et Ramonda peuvent aussi être considérés comme des reliques de cette époque. (Georg Grabherr (trad. Pierre Bertrand), Guide des Écosystèmes de la Terre [« Farbatlas Ökosysteme der Erde »], Paris, Eugen Ulmer, 1999 p. 185)
    • Ces petits ARN qui infectent les plantes pourraient être les reliques d’un « monde ARN » ancestral.(Marie-Neige Cordonnier, Les viroïdes, précurseurs de la vie ? ↗, Pour la Science, 28 mars 2011)

traductions
traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.010
Dictionnaire Français