affiler
étymologie
De à et fil.

verbe

affiler \a.fi.le\ transitif conjugaison

  1. Aiguiser le tranchant émoussé ou ébréché d’un instrument, lui donner le fil.
    • On commence par donner un coup de lime pour blanchir les entablures des Ciseaux, & emporter en même temps les inégalités, s'il y en a ; on appareille les lames & l'on abat le morfil qu'il y a sur les tranchants, ce qui s'appelle affiler. (Jean-Jacques Perret, L'Art du Coutelier, part. 1 - chap. 17 : Manière de monter les Ciseaux ; & les Principes généraux pour l'affilage des Ciseaux, des Couteaux, des Grattoirs, des Canifs & des Rasoirs, dans la collection Descriptions des arts et métiers faites ou approuvées par MM. de l'Académie royale des sciences, Paris : chez Saillant & chez Desaint, 1771, p. 124)
    • Et moi, dit l’hôte, […], moi, je vais fourbir ma salade, emmêcher mon arquebuse et affiler ma pertuisane. On ne sait pas ce qui peut arriver. (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre IV)
    • Ils doivent se reposer et trouver le temps d'affiler les faux, de réparer les besaces et de nettoyer les fusils dont ils auront besoins aux champs. (Mikhaïl-M Prichvine, Au pays des oiseaux sans peur, 2003)
  2. (Figuré) et (familier)
    • Avoir la langue bien affilée : Quelqu’un qui parle facilement et beaucoup, qui a du bagou.
    • Cette femme a la langue bien affilée : Se dit surtout d’une personne médisante.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.018
Dictionnaire Français