boxon
étymologie
(1811) Apparait sous la forme bocson avec le sens de « cabaret » ; (1846) « maison de tolérance ». D’origine discutée :
  1. à rapprocher de bouc, boucan attesté dès 1624 au sens de « lieu de débauche » ; les formes synonymes (au sens de « maison close ») boc, bocard n’apparaissent que postérieurement et la dérivation phonétique pose problème. Voir à ce titre la dérivation sémantique qui lie tapin, tapiner et taper (sur un tambour) ;
  2. de l’anglais populaire boxon « cabinet particulier de taverne », dérivé de box « salon particulier, dans un café ».

nom

SingulierPluriel
boxonboxons

boxon \bɔk.sɔ̃\ masculin

  1. Établissement où se pratique la prostitution, maison close.
    • Ils [ces athlètes] venaient surtout eux, au boxon, pour la rigolade. Souvent ils se battaient pour finir, énormément. (Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit, Denoël et Steele, Paris, 1932, page 284)
    • Tu vas quitter ta bonne mère
      Pour t’en aller dans un boxon.
      Je ne te retiens pas, ma chère,
      Si c’est là ta vocation.
      (Anonyme, « Adieu ! Fais-toi putain », dans Le Bréviaire du carabin, 1976)
  2. Situation chaotique, grand désordre, bordel, pagaille.
    • On a beaucoup entendu parler du conseil de guerre, surtout en 17, quand Pétain est revenu mettre un peu d’ordre dans le boxon. (Pierre Lemaître, Au revoir là-haut, Albin Michel, Paris, 2013) }{#if:{#if:| (OCLC {} ↗)}}, page 78}}
    • Y a tellement de boxon dans ta chambre qu’on ne retrouve plus rien.
synonymes
établissement de prostitution
situation de désordre



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français