flatter
étymologie
De l’ancien français flater voir flat.

verbe

flatter \fla.te\ transitif conjugaison (pronominal : se flatter)

  1. Louer excessivement dans le dessein de plaire, de séduire, d’exploiter.
    • Et tous de le flatter, et de l’entourer d’une cour dont il ne peut être dupe, mais dont se gonfle sa vanité. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Les hommes aiment ordinairement ceux qui les flattent.
    • Elle aime à s’entendre flatter.
    • (Absolument) Il ne sait point flatter.
  2. Complaire aux passions, aux caprices, aux goûts de quelqu’un, leur donner son approbation, des louanges.
    • Comment l’amant prime-t-il sur le mari? moins par la passion, le plus souvent, que par l’assiduité et la complaisance, en flattant la fantaisie. (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, p.83)
    • Cet orateur flattait les passions de la multitude.
    • Il flatte jusqu’aux caprices du prince.
    • Il flatte tous ses goûts.
  3. (analogie) Dépeindre, représenter une personne plus belle qu’elle n’est.
    • Le peintre l’a un peu flattée.
    • Portrait flatté, portrait où la personne est peinte en beau.
    • Flatter une personne, en faire de vive voix ou par écrit un portrait flatté, en dire plus de bien qu’elle ne mérite.
    • Vous nous l’avez représenté comme un homme de beaucoup d’esprit, ne l’avez-vous point flatté ?
    • Il a fait de ce ministre un portrait qui n’est point flatté.
  4. Caresser.
    • Les femmes « youyoutèrent » à gorge déployée, et nous échangeâmes congratulations et compliments, l’un flattant l’encolure du mulet, notre héros, l’autre exagérant les mérites du conducteur bédouin, […]. (Évelyne Berriot-Salvadore, La Méditerranée et ses cultures, Éd. du Cerf,, 1992, p.184)
    • Une musique qui flatte l’oreille.
    • Un spectacle qui flatte les yeux.
  5. Entrer dans les vues, partager les sentiments de quelqu’un.
    • Flatter la peine, les ennuis, la douleur, le chagrin de quelqu’un.
    • Flatter les manies, la folie de quelqu’un.
    • Flatter quelqu’un de quelque chose, Lui faire espérer quelque chose, l’amuser de l’espérance de quelque chose.
    • Il y a longtemps qu’on le flatte de cette espérance.
  6. Causer un vif plaisir, une grande satisfaction.
    • Voilà qui est bien capable de flatter le cœur d’une mère.
    • Une telle préférence me flatte et m’honore.
    • Flatter l’orgueil, la vanité, l’ambition, les désirs, les espérances.
    • Ce petit succès a flatté son amour-propre.
    • Tout flatte vos désirs, votre ambition.
    • Voici un événement qui flatte mes espérances.
  7. (pronominal) Avoir ou vouloir donner une trop haute idée de soi-même, de son habileté, de ses ressources, etc.
    • C’est un homme vain qui se flatte toujours.
    • Il est ridicule de se flatter.
    • Je ne me flatte point, je connais mes défauts.
    • Je puis dire, sans me flatter, que j’ai raison.
  8. (pronominal) S’entretenir dans l’espérance, s’amuser de l’espérance de quelque chose, prétendre, espérer à tort ou à raison.
    • D’abord Mme Brochard fit quelque résistance. Elle s’était flattée qu’Hélène épouserait un avocat, ou un notaire, ou un officier de cavalerie, car son éducation avait été soignée par les demoiselles Hermeline qui tenaient une pension très bien. (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 23)
    • Chaque coup m’abrutissait davantage mais en même temps me raffermissait dans ma décision : ne pas céder à ces brutes qui se flattaient d’être les émules de la Gestapo. (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Elle s’était flattée de réussir.
    • Il se flatte qu’on aura besoin de lui.
    • J’y parviendrai, je m’en flatte.
    • Il se flatte que vous approuverez sa conduite.
    • Je me flatte que vous ne doutez point de mes sentiments.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.005
Dictionnaire Français