fusiller
étymologie
(1732) dénominal#fr|Dénominal de fusil#fr|fusil.

verbe

fusiller \fu.zi.je\ transitif ou intransitif conjugaison

  1. Tuer à coups de fusil.
    • Aussi les défenseurs du fort se placèrent résolument derrière les barricades et commencèrent à fusiller les Indiens avec une justesse et une précision. (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Le 16 mars, pendant qu'on se fusillait à Léchelle, le duc de Reggio, qui devait défendre le passage du ravin de Richebourg et le duc de Tarente, qui commandait (…), jouaient au « trente et quarante » dans la chambre de M. Saussier, fermier à Cormeron. (Louis Rogeron, Les Cosaques en Champagne et en Brie : Récits de l'invasion de 1814, racontés d'après les contemporains, les auteurs modernes, des documents originaux et des notes inédites de témoins oculaires, aux éditions Émile Gaillard à Paris, 1905, p. 155)
    • En Sologne, on attrape les alouettes à l’hameçon ; autre part, on les fusille au miroir. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (En particulier) Exécuter par fusillade une personne condamnée à être passée par les armes.
    • Les patrouilles de surveillance qui, d’abord, avaient impitoyablement fusillé les maraudeurs et les pillards, étaient maintenant dispersées par l’épidémie. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 421 de l’éd. de 1921)
    • Dans une cave, une patrouille égarée du ***, que les compagnies se passent, que le capitaine Fontange félicite, que le capitaine Perret veut fusiller comme déserteurs. (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    • La sélection des accusés le complétait : ceux qui refusaient le marché savaient qu’ils seraient fusillés sans procès —et, soulignons-le, la majorité des accusés préféraient se laisser fusiller dans les ténèbres. (Victor Serge, Portrait de Staline, 1940)
  3. (Figuré) Dire du mal ou écrire du mal de quelqu’un ou de quelque chose.
    • Fusiller quelqu’un de ses épigrammes.
  4. (Figuré) Lancer un regard.
    • Les amies de Giselle s’étaient levées et répondaient par des sourires aux œillades équivoques dont on les fusillaient. (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
  5. (Figuré) Photographier rapidement, en rafale. (Aujourd’hui, on emploie plutôt dans ce sens mitrailler.)
    • Je me suis collé sur le trottoir d’en face. Justement, dans un groupe de photographes qui fusillaient toutes les vedettes présentes. (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Mort aux ténors (roman), ch. XII, Série noire, Gallimard, 1956, p. 109)
  6. (vieilli) Échanger des coups de fusil ; combattre à coups de fusil.
    • Quoique mes troupes fussent harassées de fatigue, je marchai sur les Anglais ; je chargeai leur cavalerie, et mon infanterie fusilla avec la leur. (Armand-Louis de Gontaut-Biron, duc de Lauzun, Mémoires, chapitre IX, Éditions Olivier Orban, Paris, 1986, page 243)
  7. (technique) (argot) Détruire ou détériorer, souvent par une mauvaise manipulation.
    • Le linge propre : reçu. Donné le sale. On m'a « fusillé » un mouchoir quasi-neuf. (Jehan Rictus, Journal quotidien, cahier 146, page 134, 7 juillet 1931)
    • Probablement que, étant donné que le courant pendant un démarrage ne passait plus par le sélecteur, tout est passé par le transistor. Donc, il y a une très forte chance de fusiller les deux transistors d’un coup si je le remonte sans modifs. (Forum ABCelectronique.com)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français