gentilhomme
étymologie
univerbation#fr|Univerbation, contraction de gentil et de homme.

nom

SingulierPluriel
gentilhomme
\ʒɑ̃.ti.jɔm\
gentilshommes
\ʒɑ̃.ti.zɔm\

gentilhomme \ʒɑ̃.ti.jɔm\ masculin

  1. Celui qui est de naissance noble.
    • À l’œuvre donc, Brian de Bois-Guilbert ! et, mort ou vivant, vous verrez aujourd’hui Maurice de Bracy se comporter en gentilhomme de haute valeur et de noble lignage ! (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Durant toute la période historique, ces deux classes nettement déterminées, — gentilshommes et roturiers, — agirent et réagirent l’une contre l’autre, […]. (H. G. Wells, Anticipations, 1901, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Société du Mercure de France, Paris, 1904)
    • Les prêtres s’entendent à merveille pour procurer de riches dots aux nobles appau­vris, au point qu’on a pu accuser l’Église de considérer le mariage comme un accouplement de gentilshommes vivant en marlous et de bourgeoises réduites au rôle de marmites. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VII, La morale des producteurs, 1908, p.340)
    • Mais sa popularité ne survit pas à son mariage avec Marina, Polonaise et catholique, qui amène à la Cour une suite de gentilshommes de son pays dont l’attitude conquérante irrite les Moscovites. (Albert Mousset, Histoire de Russie, 1945)
  2. (Figuré) Homme qui, sans être noble de naissance, a des sentiments, des manières nobles.
    • Il ressemblait bien plutôt à un gentilhomme en visite chez des voisins de campagne qu’à un prisonnier sur le point d’être fusillé, il ne semblait pas se soucier le moins du monde du péril qu’il courait ; […]. (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Nous sommes deux gentilshommes, dit-il en donnant à ce mot l’acception du mot anglais gentleman, et nous pouvons nous entendre. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, ch. I, Paris, 1832 ; p. 43)
  3. (histoire) Homme noble qui s’attachait à un prince.
    • Le trisaïeul de son trisaïeul était l’égal, le compagnon, le pair du roi; à ce titre il est lui-même d'une classe privilégiée, celle des gentilshommes; aussi ce n'est pas par intérêt qu’il sert les princes; il met son honneur à leur être dévoué. (Hippolyte Taine, Philosophie de l’art, Germer Baillière, Paris, 1865, page 134 ↗)
    • Autour de Monsieur se groupaient quelques gentilshommes, factieux, avides, remuants, qui ne pouvaient grandir et s’enrichir que par le désordre. Le duc d’Orléans était leur garant, leur pavillon, leur espoir. (Auguste Bailly, Mazarin, Fayard, 1935, p.104)
  4. (histoire) Un titre de charge.
    • Premier gentilhomme de la chambre. Gentilhomme ordinaire. Gentilhomme servant.

traductions
forme fléchie

gentilhomme \ʒɑ̃.ti.jɔm\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de gentilhommer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de gentilhommer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de gentilhommer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de gentilhommer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de gentilhommer.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.005
Dictionnaire Français