taxer
étymologie
Du latin taxare.

verbe

taxer \tak.se\ transitif conjugaison (pronominal : se taxer)

  1. (vieilli) Régler, fixer le prix des denrées, des marchandises, de quelque autre chose que ce soit.
    • On a taxé les vivres.
    • Oseriez-vous me soutenir que c’est me payer trop cher, que je vaux moins de vingt mille francs ? Que diable ! on a son amour-propre aussi ; on ne peut pas se laisser taxer trop bas non plus. (Comtesse de Ségur, L’Auberge de l’Ange-Gardien, 1888)
    • Taxer les dépens d’un procès.
    • On a taxé ses vacations à tant.
  2. Imposer, soumettre à une taxe.
    • Les compagnies pétrolières seront taxées à hauteur de 115 millions d’euros pour financer la revalorisation du barème forfaitaire kilométrique décidée la semaine dernière par Matignon, a annoncé lundi 11 avril la ministre de l’Économie […]. (Challenges.fr, avril 2011)
  3. Accuser ; qualifier.
    • Chez d'autres, le manque d'habitude de lire typographiquement produit le même résultat; des fautes évidentes leur échappent sur trois épreuves, et ils les taxent de fautes typographiques. (A. Frey, Nouveau manuel complet de Typographie, nouvelle édition revue, corrigée & augmentée par M.E. Bouchez, Manuels-Roret, 1857, part.1, page 188)
    • En examinant avec soin, en étudiant scrupuleusement, et dans les moindres détails, les ouvrages défensifs de ces temps, on comprend ces récits d’attaques gigantesques que nous sommes trop disposés à taxer d’exagération. (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • L’islam radical, […], peut conduire à une cruelle répression. Des hommes qui refusent de brider leur raison seront taxés de Satans et se verront dénier leurs droits et leur qualité d’hommes. (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p. 112)
    • Harland, qui a fort bien connu Vavilov, condamne sans réserves les théories mitchouriniennes, taxe Lyssenko de charlatan et dénonce les odieuses manœuvres qui ont abouti à la révocation des principales figures de la génétique soviétique. (Joël Kotek et Dan Kotek, L’affaire Lyssenko, page 196, Éditions Complexe, 1986)
    • La Dépêche revient sur le sujet quelques semaines plus tard en réaction à une campagne d'affiches patronales sur les murs de la ville taxant les syndicats qui n'acceptaient pas les diminutions « légales » de salaires d'être de véritables « gréviculteurs » et de constituer une menace pour l'ordre social. (Denis Coton, Contribution à l'histoire politique française de l'entre-deux-guerres: un député-maire de Troyes, René Plard, 1888-1946, éd. D. Gueniot, 2005, page 80)
    • […], d'aussi loin que le me rappelle j’ai été […] taxé de tout et de n'importe quoi par ceux-là même qui ne veulent pas savoir que c'est celui qui dit qui y est – car c'est toujours celui qui dit qui y est. (Grégoire Bouillier, Le Dossier M, livre 2, Éditions Flammarion, 2018)
  4. (familier) Prendre par la force ou par la menace.
    • On lui a taxé sa montre.
    • Je me disais que je n'avais qu'à m'approcher de lui, lui faire les poches, taxer le pognon et partir en sifflotant, décontracté. Il ne tenait plus sur ses jambes. (Franz Bartelt, Le Jardin du bossu, Gallimard, 2004)
  5. (pronominal) Fixer une somme qu’on s’engage à donner pour un certain objet.
    • Tous ses amis se taxèrent pour lui venir en aide.
    • Toutes les villes se taxèrent à l’envi pour subvenir aux besoins de l’État.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.279
Dictionnaire Français