juif
étymologie
Du {{étyl Référence nécessaire

adjectif

SingulierPluriel
Masculinjuifjuifs
Fémininjuivejuives

juif \ʒɥif\

  1. (histoire) Relatif au royaume de Juda.
    • Après la mort du roi Salomon, un schisme a divisé le peuple d'Israël (…). Le petit royaume du Sud, dont le rayonnement dépasse l'importance géographique, est appelé « Royaume de Juda » (…) tous ses ressortissants seront des yehoudim − des « juifs ». (M. Catane, Qui est Juif ?, R. Laffont, 1972)
    • La transcription de ce mot [yehoudim] en Ioudaioi, Judaei, judéens ou juifs, prévaudra sur hébreux et israélites. (Weill, Judaïsme, 1931, page 19)
  2. Relatif au peuple hébreu.
    • Pour qui connaît les anciennes sectes juives, cette parabole est essénienne. (P. Leroux, Humanité, t. 2, 1840)
    • Mon arrière-grand-mère juive et mon arrière-grand-père palestinien ont eu neuf enfants. Ma grand-mère était l’aînée. L’histoire s'est vraiment compliquée pendant la grande révolte arabe. (Justine Augier, Jérusalem, Actes Sud Littérature, 2013)
  3. (religion) Relatif au judaïsme.
    • On comprend bien des choses si l'on sait que chacun de ces hommes devait être enterré selon les rites de sa bande, avec tout ce qu'il peut y avoir de prières : catholiques, juives, puritaines, presbytériennes, méthodistes, parsies, jaines, musulmanes. (Paul Nizan, Aden Arabie, chap. VIII., Rieder, 1932 ; Maspéro, 1960)
synonymes
traductions
nom

SingulierPluriel
juifjuifs

juif \ʒɥif\ masculin (pour une femme on dit : juive)

  1. (Judaïsme) Personne appartenant à la descendance du peuple sémite établi en Israël, de religion monothéiste, que cette personne se conforme ou non à la religion juive et aux traditions judaïques.
    • Forcer tous à subir l’obéissance, c’est tuer le génie et le talent. Qui a passé des années au port d’armes à la façon allemande est mort pour les œuvres fines ; aussi l’Allemagne, depuis qu’elle s’est donnée tout entière à la vie militaire, n’aurait plus de talent si elle n’avait les juifs, envers qui elle est si ingrate. (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 112.)
    • Il faut toujours bien prendre garde que le Juif du Moyen Âge, devenu si résigné, ressemble beaucoup plus au chrétien qu’à ses ancêtres. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. VII, La morale des producteurs, 1908, note au bas de la page 339)
    • D’ici furent dirigés ces inquisiteurs qui allèrent brûler Vaudois, cathares, fraticelles, béguins, sorciers, envoûteurs, magiciens, flagellants, ou juifs convertis, mais soupçonnés de sortilèges. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Si l’on signale, en 350, la présence à Metz d’un évêque du nom de Siméon, qui aurait été un juif converti, cela ne signifie pas qu’il y ait déjà eu des juifs dans cette ville. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Au point de vue juridique, les juifs relevaient de leurs rabbins et de la loi mosaïque dans les question de statut personnel ; pour le reste ils étaient justiciables, comme les musulmans, des caïds et des cadis. (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 30)
  2. Personne fidèle au judaïsme.
    • Sainte Vierge ! dit le prieur en se signant, un juif incrédule ! un juif admis en notre présence ! (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Comme le juif de la légende, j’ai en moi un démon qui me crie incessamment : marche ! Je dois accomplir ma destinée ! (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
  3. (Péjoratif) (vieilli) Usurier. Personne âpre au gain, homme riche.
    • Dans cette logique, le Juif est un type, pas une race, être juif c’est avoir obtenu des privilèges grâce à l’argent, même — et ce n’est pas le moindre des paradoxes — si l’on appartient à une autre confession. (Philippe Darriulat, Les patriotes : la gauche républicaine et la nation, 1830-1870, Le Seuil, 2001, ISBN 2020225964, p. 149)

Juif
étymologie
Du latin Judaeus du nom hébreu de la tribu de Juda (Yehoudah, adjectif Yehoudi). (vers 980) judeu, (vers 1220) juieu, féminin juieue, d’où le masculin juif.

nom

SingulierPluriel
juifjuifs

Juif \ʒɥif\ masculin (pour une femme on dit : Juive)

  1. Personne appartenant au peuple juif.
    • ''Un Juif n’a-t-il pas des yeux ? Un Juif n’a-t-il pas des mains, des organes,/>des dimensions, des sens, de l’affection, de la passion ; nourri avec/>la même nourriture, blessé par les mêmes armes, exposé/>aux mêmes maladies, soigné de la même façon,/>dans la chaleur et le froid du même hiver et du même été/>que les Chrétiens ? Si vous nous piquez, ne saignons-nous pas ?/>Si vous nous chatouillez, ne rions-nous pas ? Si vous nous empoisonnez,/>ne mourrons-nous pas ? Et si vous nous bafouez, ne nous vengerons-nous pas ? (William Shakespeare, Le Marchand de Venise'', Acte III, scène 1)

    • Mais plus tard, chaque fois qu’était soulevée cette question, j’ai toujours vu mon père déclarer aussitôt, crier sur les toits qu’il était juif. Il pensait que c’était vil, que c’était stupide d’en être honteux et il disait : Combien d’horreurs, d’ignominies, combien de mensonges et de bassesses a-t-il fallu pour arriver à ce résultat, que des gens ont honte devant eux-mêmes de leurs ancêtres et se sentent valorisés à leurs propres yeux, s’ils arrivent à s’en attribuer d’autres, n’importe lesquels, pourvu que ce ne soient pas ceux-là… (Nathalie Sarraute, Enfance, Gallimard, 1983, collection Folio, pages 236-237)
synonymes antonymes
traductions
  • allemand : Jude masculin
  • anglais : Jew (1, 2)
  • espagnol : judío masculin
  • italien : ebreo masculin, giudeo
  • portugais : judeu masculin, judia féminin
  • russe : еврей masculin, еврейка

nom propre

Juif \ʒɥif\

  1. (Géographie) Commune française, située dans le département de la Saône-et-Loire.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.005
Dictionnaire Français