brouiller
étymologie
Du gallo-roman brodiculare, de brodicare, du germanique bruþą, « brouet » qui donne broth en anglais. Ce verbe est à rapprocher de bruir (« passer à la vapeur »), de l’ancien français bruller (« brûler ») ou de l’anglais broil (« jeter des vapeurs, bouillonner »), brewconcocter »). Ceci explique le substantif brouillard (proprement : « vapeur »).
Littré le rapproche de l’ancien occitan bruelhar (« pousser, bourgeonner »), du catalan brollar (« jaillir ») mais cette hypothèse ne peut rendre compte des formes trisyllabiques du mot en ancien français.
L’italien brogliare, imbrogliare, sbrogliare est emprunté à l’ancien français et nous revient sous la forme de imbroglio.

verbe

brouiller \bʁu.je\ transitif conjugaison (pronominal : se brouiller)

  1. Mettre pêle-mêle, mêler, mélanger.
    • Pourquoi ce bœuf impassible, et qui ne rumine même pas, semble-t-il attendre, pour ne pas brouiller l’herbe française avec l’herbe allemande ? (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
  2. Troubler, déranger, altérer, en parlant de choses matérielles qui ne peuvent être mêlées.
    • Voulez-vous donc laisser au gibier le temps de brouiller la voie ? Donnez du cor, mordious ! (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • À l'inverse, sur le territoire d'Abbobsbrook, proche de la rivière, l'« autre chaîne » était tellement brouillée qu'elle en devenait inregardable. Il n'aurait servi à rien d'essayer de la capter. (Adam Mars-Jones, Pied-de-mouche, traduit de l'anglais (Royaume-Uni) par Richard Cunningham, Éditions Jean-Claude Lattès, 2010)
    • Brouiller du vin, remuer un tonneau, une bouteille de vin, en sorte que la lie ou le sédiment se mêle avec la liqueur.
    • Brouiller une serrure, en déranger les ressorts, l’empêcher de fonctionner.
    • Brouiller les verres d’une lunette, rendre troubles les verres d’une lunette, en détruire la transparence.
    • Brouiller la vue, rendre la vue trouble.
    • Brouiller le teint, causer une altération dans le coloris du teint.
    • Ce mouvement de bile lui a brouillé le teint.
    • Le temps se brouille, le temps se gâte.
  3. (Figuré) Bouleverser, confondre, troubler, en parlant de choses morales, ou des personnes.
    • Les vins puissants qu'il avait absorbés en quantité lui brouillaient la cervelle en même temps que les pensées d'amertume auxquelles il se livrait. (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • Largement relayées par les médias, les déclarations cacophoniques de la rentrée autour de la mise en place de la réforme — le ministre des comptes publics Gérald Darmanin affirmant qu’elle aurait lieu, le président de la République partageant ses doutes — ont encore contribué à brouiller le message. (Prélèvement de l’impôt à la source : « C’est comme un nuage qui va nous arriver dessus »)
  4. (Figuré) (Par extension) Mettre la désunion ou la mésintelligence entre des personnes.
    • Waldeck-Rousseau était trop supérieur pour jouer au jeu misérable des colportages de propos. Et puis, loin de songer à brouiller les chefs d’État, il ne cherchait qu’à les rapprocher. (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • Alphonse lui-même, qui semblait encore le meilleur de tous, eh bien ! ma chère, il s’est brouillé avec moi pour une misère. (Perlette, chap.4, dans l'Artiste : Revue de Paris, 1847, 4e série, vol.9, p.198)
  5. (analogie) Mettre en dégoût.
    • Votre serviteur a fait la sottise de lire tout d’une haleine les érotiques grecs, ce qui a manqué le brouiller avec cette littérature qui, depuis un an, faisait ses délices, tant il a trouvé mauvais ces romanciers. (« Réponse de M. Akerblad à Paul-Louis Courier, depuis Florence, le 16 novembre 1808 », dans les Œuvres complètes de P.L. Courier, précédées d'un essai sur l'auteur par Armand Carrel, Paris : chez Firmin Didot frères, fils & Cie, 1869, p. 286)
    • Cet homme est brouillé avec le bon sens, il n’est pas raisonnable, il est extravagant.
    • Il est brouillé avec la grammaire, il parle ou écrit incorrectement.
  6. (pronominal) Mettre la désunion, la mésintelligence entre des personnes qui vivaient bien ensemble.
    • Les affaires se brouillent de tous côtés.
    • Son cerveau se brouille. On dit plus fréquemment dans ce sens embrouiller.
    • Ces deux amis se sont brouillés.
    • Il s’est brouillé avec toute sa famille.
    • Se brouiller avec la justice, s’exposer aux poursuites de la justice par quelque méfait.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français