détester
étymologie
Du latin detestari.

verbe

détester \de.tɛs.te\ transitif conjugaison

  1. (vieilli) Maudire.
  2. (Par extension) Avoir en aversion ; réprouver.
    • Oh ! Dieu merci, non ; cela m’est bien égal. Je hais profondément la huguenoterie, mais je ne déteste pas les huguenots, et puis c’est la mode. (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre VII)
    • Sa femme était morte, ses enfants le détestaient, une rebeue lui parlait comme à un chien, pour le Syndicat il était un traître, pour le gouvernement le dernier des cons, il ne serait pas ministre et sans doute plus député pour longtemps, qu'est-ce qui lui restait ? (Gérard Mordillat, Ces femmes-là, éditions Albin Michel, 2019)
  3. (Par affaiblissement) (familier) Ne pas supporter ; ne pas aimer ; ne pas apprécier.
    • Au début, je le détestais avec sa fixette sur la mariologie, sa morale moyenâgeuse et ses prises de position rétrogrades sur la contraception. Et puis je suis tombée amoureuse de lui. (Roland Brunnier, Rome Sweet Rome, page 50, Société des Ecrivains, 2008)
    • (Par litote)[…], et nous avons été ensemble boire une petite goutte au débit d’à côté ; le pauvre vieux ne déteste pas ça, quoi qu'il n'en ait jamais abusé. (Émile Thirion, La Politique au village, p. 133, Fischbacher, 1896)
    • Pyrrhon aimait que l’orateur Démosthène injuriât si bien Philippe; il n’eût pas détesté que Philippe injuriât aussi bien l’orateur Démosthène. (Patrick Carré, Yavana, page 44, Phébus, 1991)
synonymes

Avoir en aversion :

antonymes

Avoir en aversion :


traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.048
Dictionnaire Français