radoter
étymologie
radoté, « fou, tombé en enfance » ; « tenir des propos séniles, décousus et insensés » ; « rabâcher ».
Issu, par remplacement de re- par ra- à valeur expressive, de l’ancien français redoter, dérivé d’un verbe doter d’origine germanique, peut-être un emprunt au Moyen néerlandais doten ; voyez l’anglais dote.

verbe

radoter \ʁa.dɔ.te\ intransitif conjugaison

  1. Tenir des propos décousus qui prouvent un affaiblissement de l’esprit.
    • Il est si vieux qu’il radote.
    • Il ne sait plus ce qu’il dit, il ne fait que radoter.
    • Il commence à radoter.
  2. (Figuré) (familier) Dire des choses sans raison, sans fondement.
    • D’autre part, les renseignements recueillis sur la ménagère établissaient qu’elle radotait assez souvent et n’était pas capable, pour peu qu’on insistât, d’affirmer deux fois les mêmes choses. (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • […] vous les béguines au noir bonnet, vous direz vos patenôtres au lieu de radoter sur l’un et l’autre et en même temps ça vous diminuera votre temps de purgatoire. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  3. Répéter des choses déjà dites.

traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.017
Dictionnaire Français