chose
étymologie
Du moyen français chose, de l’ancien français chose, du bas latin causa, du latin causa. Ce dernier mot a supplanté le classique res ; toutefois rem, accusatif de res, a donné rien, d’abord au sens de « chose » en ancien français, puis « nulle chose », en raison de son emploi très fréquent en phrase négative.

nom

SingulierPluriel
chosechoses

chose \ʃoz\ féminin

  1. Objet, idée ou abstraction quelconque, sans avoir à l’identifier ou à la nommer. Note d’usage : La signification du mot chose se déduit par la manière dont on l’emploie dans la phrase, où il remplace ce qu’il n’est pas possible (ou pas souhaitable) de nommer. Peut aussi remplacer un ensemble d’objets inanimés (ou d’idées) qu’on devine par le contexte.
    • Le vol des choses consacrées à Dieu était un sacrilège, parce que ce vol renfermait une profanation de choses saintes : tel était le vol des calices, ciboires, reliques, images et même des troncs d'église. (Adolphe Chauveau & ‎Faustin Hélie, Théorie du Code pénal, Bruxelles : Imprimerie typographique belge, 1844, vol.3, page 40)
    • Madame Hanson a la gracieuseté de nous apporter des fleurs, la chose la plus précieuse qu'elle puisse nous offrir sous ce triste climat; […]. (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 34)
    • Un des aspects courants de la sottise humaine est cette croyance, que l’on découvre chez tant d’honnêtes imprévoyants, que tout durera, à peu de chose près, comme nous voyons les institutions et les choses aujourd’hui. (Louis Thomas, ''Arthur de Gobineau, inventeur du racisme (1816-1882), Paris : Mercure de France, 1941, page 123)
    • En effet, mon oncle, ma cousine donne dans le vrai de la chose. (Molière, Les Précieuses ridicules, 1659)
  2. Mot, idée, évènement ou énumération dont on parle.
    • Il y a mille jolies choses dans cet ouvrage.
    • Il a refusé de payer, la chose a été très mal vue.
    • Il a fort bien pris la chose.
    • Je vais vous expliquer la chose.
    • Les pommes, les poires, les cerises, les prunes : toutes ces choses sont des fruits.
    • « L’extraction venait d’être reprise ; et, sur les dalles de fonte, c’était un tonnerre continu, les berlines de charbon roulées sans cesse, les courses des moulineurs, dont on distinguait les longues échines penchées, dans le remuement de toutes ces choses noires et bruyantes qui s’agitaient. » (Émile Zola, Germinal)
    • L’énorme rouf construit sur l’embarcation et son gréement, démontraient l’inexpérience totale que son propriétaire avait des choses de la mer […] (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  3. Concept, idée, ce qui a été, est, ou sera dit ou fait.
    • La chose du monde que je crains le plus, c’est…
    • Il lui a dit cent choses obligeantes, cent choses pour le fâcher.
  4. Événements (voire des forces) qui dépassent l'entendement et que des mots ne sauraient retranscrire.
    • Le cours naturel des choses.
    • Les choses de ce monde.
    • Dans cet état de choses.
  5. Dans des expressions.
    • Faites cela avant toute chose : faites cela avant d’entreprendre toute autre activité.
    • Toutes choses égales par ailleurs : si l’on considère tous les autres paramètres comme étant fixes et n’intervenant pas dans ce dont nous discutons.
    • C’est absolument la même chose : ceci est identique à cela.
    • Un véritable ami est une chose bien précieuse : par objectivation de l’ami à un objet usuel.
    • Appeler les choses par leur nom ! parler franchement, sans réticence.
    • C’est autre chose : c’est différent.
    • De deux choses l’une, soit vous voulez, soit vous ne voulez pas : il faut choisir, soit c’est ceci, soit c’est cela.
    • Quelque chose que je lui aie dite, quelques choses que je lui aie dites, je n’ai pu le convaincre.
    • Voici bien autre chose.
    • Autre chose est de dire ceci, autre chose d’affirmer cela.
    • Chose étonnante, ils y consentirent.
    • L’idée et la chose : se dit pour exprimer la différence qu’il y a entre une chose telle qu’elle est et l’opinion qu’on s’en fait.
    • Parler de choses et d’autres : s’entretenir à bâtons rompus de divers sujets, badiner.
    • Dites-lui, dites-leur bien des choses de ma part : faites-lui, faites-leur bien des compliments.
    • Faire bien les choses : s’acquitter d’une politesse, d’une obligation, d’une façon convenable ; en particulier, traiter avec magnificence des invités.
    • La famille de la mariée avait bien fait les choses.
    • La chose publique : l’état (traduction littérale du latin res publica, qui a donné le mot république).
    • C’est chose faite : se dit en parlant d’une action accomplie.
    • Aller au fond des choses : ne pas s’arrêter à un examen superficiel.
  6. Inanimé par opposition à la personne.
    • Cela se dit également des personnes et des choses.
  7. Ce qui est réel, par opposition au nom ou au mot.
    • Le mot et la chose.
    • Vous ne nous donnez que des mots et nous voulons des choses.
    • Le nom épouvante plus que la chose.
    • Le nom ne fait rien à la chose.
  8. (vieilli) Personne.
    • Elle [Mme de Chartres] ne voulut plus revoir sa fille, qui était la seule chose à quoi elle se sentait attachée (Mme de La Fayette, La Princesse de Clèves, 1678)
  9. (familier) Bien, possession, propriété.
    • Soigner sa chose.
    • Veiller à sa chose.
    • Dans l’antiquité, l’esclave était la chose du maître.
  10. (jurisprudence) Tout ce qui est distinct des personnes et des actions et qui peut être de quelque usage humain.
    • Les personnes, les choses et les actions.
    • Choses corporelles / choses incorporelles.
    • Chose jugée : point de contestation qui a été décidé par les tribunaux.
      Il y a chose jugée quand…
      Le respect dû à la chose jugée.
      L’autorité de la chose jugée.
      Jugement passé en force de chose jugée : se dit d’une décision qui ne peut plus être réformée par aucune voie légale, attendu que la partie condamnée ne s’est pas pourvue dans le délai fixé.
  11. (popu) (Par euphémisme) Parties génitales.
    • ''Ces furies comme outrage ultime/>En retournant à leurs oignons/>Ces furies à peine si j’ose/>Le dire tellement c’est bas/>Leur auraient mêm’ coupé les choses/>Par bonheur ils n’en avaient pas/>Leur auraient mêm’ coupé les choses/>Par bonheur ils n’en avaient pas. (Georges Brassens, Hécatombe'', 1953)

  12. Mot-joker employé pour remplacer un mot qu’on se refuse à prononcer ou à écrire.
    • Ribadier. — Oui ! Eh bien ! Il ne faudrait pas qu’elle allât plus loin, l’indignation… parce que ce n’est pas lui, c’est moi que tu ferais chose !… (Georges Feydeau, Le Système Ribadier, acte I, scène 2)
synonymes

Notion vague :

  • chose figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : bidule, truc, machin.

    Nom non-connu d’une personne :

  • machin-chose
  • Machin Chouette
  • Truc Machin-Chouette
traductions traductions traductions
nom

SingulierPluriel
chosechoses

chose \ʃoz\ masculin

  1. Cocktail fait à partir de jus de pamplemousse mélangé à un soda de saveur amère.

interjection

chose \ʃoz\

  1. (Québec) Exprime un genre de désarroi.
    • Eille, chose, t'as-tu bu à matin ?

forme fléchie

chose \ʃoz\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de choser.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de choser.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de choser.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de choser.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de choser.

Chose
étymologie
Du nom commun chose, qui évoque un objet ou un concept indéfini.

nom

Chose invariable

  1. (Parfois péjoratif) Employé comme nom propre, manière de désigner quelqu’un dont on a oublié le nom, dont le nom n'a aucune importance ou dont on veut ostensiblement ne pas faire de cas.
    • Tiens, au feu là-bas, c’est Chose qui traverse.
    • Un bout de tissu, un mouchoir (lavé de préférence), une vieille cravate ou un souvenir du Salon du corset de feu matante Chose... (Michel Hébert, « Peut-on douter du gouvernemaman? ↗ », Le Journal de Québec, 13 mai 2020)
    • Quand j’entrai dans la classe, les élèves ricanèrent. On disait « Tiens ! il a une blouse ! » Le professeur fit la grimace et tout de suite me prit en aversion. Depuis lors, quand il me parla, ce fut toujours du bout des lèvres, d’un air méprisant. Jamais il ne m’appela par mon nom ; il disait toujours « Hé ! vous, là-bas, le petit Chose ! » Je lui avais dit pourtant plus de vingt fois que je m’appelais Daniel Eyssette… À la fin, mes camarades me surnommèrent « le petit Chose », et le surnom me resta… (Alphonse Daudet, Le petit Chose)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.009
Dictionnaire Français