renaissance
étymologie
Ce mot est formé du préfixe itératif « re- » et de « naissance ».

nom

SingulierPluriel
renaissancerenaissances

renaissance \ʁə.nɛ.sɑ̃s\ féminin

  1. Seconde, nouvelle naissance.
    • La renaissance du phénix est une fable.
  2. Renouvellement, renouveau.
    • La renaissance du printemps.
  3. (Figuré) Réapparition après une interruption, en parlant des choses morales ou intellectuelles.
    • Enfin, en pays de droit écrit, au moins après la renaissance du droit de Justinien, la femme pouvait avoir des paraphernaux dont elle gardait la propriété, la jouissance et même l'administration, […]. (Gabriel Lepointe, La Famille dans l'Ancien droit, Montchrestien, 1947 ; 5e éd., 1956, p.189)
    • La renaissance d'un certain patriotisme de clocher se traduisit par la prolifération des sectes manichéennes et millénaristes. (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992)
  4. (vieux) Nom donnée à des laines issus du recyclage par carbonisage de tissus anciens contenant de la laine et du coton ou par effilochage de vieux vêtements en laine. Laine renaissance

traductions
Renaissance
étymologie
voir renaissance.

nom propre

SingulierPluriel
renaissancerenaissances

Renaissance \ʁə.nɛ.sɑ̃s\ féminin

  1. (histoire) Époque qui s’étend depuis la fin du Moyen Âge jusqu’aux dernières années du seizième siècle et qui est marquée par le renouvellement des lettres et des arts sous l’influence de la littérature et de l’art antiques.
    • Nous avons nommé le Seizième siècle, la Renaissance, avec une admirable justesse d’expression. Ce siècle fut l’aurore d’un monde nouveau, les hommes en parleront encore qu’on ne se souviendra plus de quelques siècles antérieurs […] (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Cette mécanique que Buridan enseignait rue du Fouarre, aux environs de 1350, pénétra dans l’Italie de la Renaissance, par l’entremise de Jules César Scaliger, qui en fut le porte-parole. (Louis Rougier, Histoire d’une faillite philosophique : la Scolastique, 1925, éd. 1966)
    • À première vue, on attribuerait au gothique flamboyant cette maîtresse œuvre où l’on découvre bientôt les volutes, les ornements, toutes les riches imaginations de la Renaissance. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  2. (Par extension) Période d’effervescence artistique, littéraire, culturelle.
    • Les trois Renaissances.

traductions
adjectif

Renaissance \ʁə.nɛ.sɑ̃s\ invariable

  1. (par apposition) Relatif à l’époque de la Renaissance ou à ce qui l'imite.
    • Rien n’y manque : le photographe n'a oublié ni le tapis de velours ponceau et les livres dorés sur tranches, ni le fauteuil vaguement Renaissance agrémenté de punaises en cuivre et lourdement capitonné. (Pierre Froger, Autrefois... chez nous : Livre de raison d'une Famille de l'Ouest, Angers : chez H. Siraudeau & Cie, 1950, p. 89)
    • Les châteaux ont beau être monnaie courante ici, ils ne cessent de m'impressionner. Azay-le-Rideau, Chambord, Blois, Chinon. Petits, grands, très vieux, ou plutôt Renaissance, isolés sur une île ou cachés derrière un bosquet, entourés de plans d'eau, de jardins, d'arbres majestueux, avec de petites routes qui serpentent de l'un à l'autre : ils sont tous fabuleux. (Louis Jolicoeur, Poste restante, Québec, L'instant même, 2015, p. 38.)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.006
Dictionnaire Français