amant
étymologie
(XIIe siècle) Participe présent de amer, forme ancienne du verbe aimer. Le sens moderne (2) apparaît vers 1670.

nom

SingulierPluriel
amantamants

amant \a.mɑ̃\ masculin (pour une femme on dit : amante)

  1. (vieilli) ou (Acadie) Celui, celle qui a de l’amour pour une autre personne.
    • Les amants, au désespoir, oublièrent qu’ils ne pourraient jamais être époux, et un fils naquit, qui ne pouvait porter le nom ni de l’un ni de l’autre. (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Quand les jeunes filles de la Bretagne chantent, dit Dumay redevenu sombre, l’amant est bien près d’elles. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Comment l’amant prime-t-il sur le mari ? Moins par la passion, le plus souvent, que par l’assiduité et la complaisance, en flattant la fantaisie. (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, Hachette & Paulin, 1845, 3e édition, p. 83)
    • Tous les amants du monde sont pareils : ils s’éprennent par hasard […]. (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • Adolphe pouvait d'ailleurs passer , au début, pour le modèle des amants, tendre, empressé, inquiet dans la juste mesure ; […]. (Anatole Claveau, La Parisienne, dans Sermons laïques, Paris : Paul Ollendorff, 1898, 3e éd., p.83)
  2. (Figuré) (vieilli) (Littéraire) ou (Canada) Celui qui aime quelque chose avec passion.
    • Quant au moine, Gurth le reconnut à l’instant même pour le prieur de l’abbaye de Jorvaulx, connu à plusieurs milles à la ronde comme un amant enragé de la chasse, de la table […] (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)

traductions
nom

SingulierPluriel
amantamants

amant \a.mɑ̃\ masculin (pour une femme on dit : maîtresse)

  1. Celui qui reçoit les faveurs d’une femme avec laquelle il n’est pas marié.
    • Elle savait que beaucoup d’entre les filles de sa race avaient des amants, qu’elles se cachaient soigneusement de leurs familles, mais que, généralement, cela finissait par un mariage. (Isabelle Eberhardt, Yasmina, 1902)
    • Pour choisir un amant, il suffit qu’on en ait envie. Et pour choisir un mari, combien le jugement serait plus sûr et plus libre, si l’on avait d’abord eu l’amant. (Léon Blum, Du Mariage, 1907)
    • Il est plus facile d’être amant que mari, par la raison qu’il est plus difficile d’avoir de l’esprit tous les jours que de dire de jolies choses de temps en temps. (Balzac, Études analytiques : Physiologie du mariage ou Méditations de philosophie éclectique sur le bonheur et le malheur conjugal, Aphorisme XLIX, 1824–1829)
    • Désormais, pour continuer de se voir, il faut aux amants user de subterfuges. Après tout, il est prêtre, elle est mariée, tous deux savent ou devraient savoir que cela finira mal. (Jean-Paul Desaive, Délits sexuels et archives judiciaires (1690-1750) , Communications, 1987, vol.46, n°46, page 119)
  2. Celui qui donne du plaisir sexuel.
    • Un bon amant ; un piètre amant.

traductions
traductions
Amant
étymologie
voir Amand.
prénom

Amant \a.mɑ̃\ masculin (pour une femme on dit : Amante)

  1. Variante de Amand.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.008
Dictionnaire Français