passion
étymologie
(nom 1) passions (pluriel). Du latin passio et du radical pati (« action de supporter, souffrance, maladie, indisposition, passion, affection, perturbation morale, accident, passivité, incident »).
Passio est pour sa part issu du verbe patior signifiant « souffrir, éprouver, endurer » autrement dit un ensemble d’états dans lesquels un individu est « passif », par opposition aux états dont il est lui-même la cause.
(nom 2) de fruit de la passion

nom


passion \pa.sjɔ̃\ ou \pɑ.sjɔ̃\ féminin

  1. (Désuet) Grandes douleurs ; souffrance.
    • Ces braves gens n’avaient pas l’air candide et pur d’un jeune séminariste, oh ! non. On voyait à leurs traits durs et prononcés, à leur teint hâlé, à leur front sillonné, que les passions — et quelles passions ! -, que les passions avaient passé par là, et qu’ils avaient mené une vie, hélas ! bien orageuse, ces honnêtes compagnons. (Eugène Sue, Kernok le pirate, 1830, chap.6)
  2. Vif sentiment, émotion vivement ressentie.
    • Ce sont là des passions trop enivrantes pour que le cœur humain les ressente et conserve la force de les combattre. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Dans leurs oupa-oupa, qui passent avec raison pour des danses très obscènes, les acteurs peignent par des pantomimes expressives toutes les passions qui les exaltent. (Thomas Arbousset, Tahiti et les îles adjacentes, 1867)
    • Le sentiment de révolte que l’on rencontre dans les classes pauvres se colorera dès lors d’une atroce jalousie. Nos journaux démocratiques entretiennent cette pas­sion avec beaucoup d’art, dans la pensée que c’est le meilleur moyen d’abrutir leur clientèle et de se l’attacher. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. V, La grève générale politique, 1908, p. 227)
    • Considérons ces passions, dites politiques, par lesquelles des hommes se dressent contre d’autres hommes et dont les principales sont les passions de races, les passions de classes, les passions nationales. (Julien Benda, La trahison des clercs, 1927, éd. 1946)
    • L’éclosion des sectes dissidentes au sein du christianisme n’a donc fait qu’aiguiser les passions anti-juives de l’Église. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • […] Tritton poursuit : « Même si les dhimmi pouvaient jouir d’une grande prospérité, ils n’étaient toujours que tolérés, exposés aux caprices des gouvernants et aux passions de la foule. » (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État'', 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p. 138)
    • Les vices et les passions dans l’art chrétien sont, comme le diable, symbolisés par des animaux. (Charles Louandre, L’épopée des animaux, dans La revue des deux mondes, T. 4, 1853, page 1150)
  3. (En particulier) Vif sentiment amoureux.
    • Souriante, avec, cependant, une ombre de mélancolie dans le regard, Yasmina écoutait Jacques lui chanter, maladroitement encore, toute sa passion qu’il n’essayait même plus d’enchaîner. (Isabelle Eberhardt, Yasmina, 1902)
    • La passion est ce qu’il y a de vraiment absolu dans les choses humaines, elle ne veut jamais avoir tort. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Dès le lendemain du crime, je devins éperdument amoureux de Rosalie. Je songeai aussitôt à en faire ma maîtresse, mais je me heurtai à une résistance entêtée et joviale, qui exaspéra et redoubla ma passion. (Octave Mirbeau, Le colporteur)
    • Ce sentiment ressemblait quelque peu à l'amour qu'elle avait pour ses parents, mais il était beaucoup plus puissant, car il lui faisait perdre le contrôle de sa raison. Parfois, elle se sentait tomber dans le vide sans savoir comment éviter la chute. Parfois encore, elle devenait timide à en perdre la parole. Les Terriens appelaient ce sentiment « la passion ». (Nicola Ciccone, L'étoile enfant, Éditions Libre expression, Montréal, 2013, p. 64)
  4. Goût très prononcé, voire irrésistible, pour une activité.
    • Vous connaissez ma passion pour l’histoire naturelle. Il ne se passe pas de semaine que je n’herborise, dans la campagne, autour de la ville. (Octave Mirbeau, La Chambre close, Ernest Flammarion, Paris, 1920)
    • Seuls, les tripots attiraient encore les joueurs en proie à leur sèche passion. (Jacques Boulenger, Sous Louis-Philippe: Les dandys, P. Ollendorff, 1907)
    • Mais toute passion est sexuelle, même lorsque l'on dit de quelqu'un qu'il a la passion des échecs. C'est le même mot : vous avez vécu un grand amour passionné avec telle femme mais vous avez une autre passion, les échecs. Si votre passion est celle des armes de plus en plus destructrices c'est également sexuel mais cette manifestaton de la force de vie conduit à la mort. (Arnaud Desjardins, La Paix toujours présente, La Table Ronde, Pocket spiritualité, 2011, p. 145)
synonymes antonymes
traductions
nom

SingulierPluriel
passionpassions

passion \pa.sjɔ̃\ féminin

  1. Fruit de la passion.

Passion
étymologie
voir passion

nom

SingulierPluriel
passionpassions

Passion \pa.sjɔ̃\ féminin

  1. (christianisme) Souffrance, en parlant des souffrances de Jésus-Christ avant sa mort et de l’évangile qui la raconte, ou des souffrances des martyrs.
    • Commune à ces divers récits, la résurrection par Jésus d'un coq rôti, placé sur la table lors du dernier repas : revenu à la vie, le coq annonce la Passion du Seigneur. (François Bovon, L’Évangile selon saint Luc: texte imprimé; vol. 4, page 225, Labor et Fides, 2009)
    • La maîtresse vitre, du XVe siècle, raconte comme souvent la Passion de Jésus. C'est aussi une belle œuvre. (Eugène Royer & ‎Joël Bigot, Guide des chapelles en Bretagne, Éditions Jean-Paul Gisserot, 2000, page 97)
  2. (Par extension) (religion) Sermon qu’on prêche le vendredi saint sur le même mystère.
    • Il a prêché la Passion. J’ai entendu la Passion de tel prédicateur. Bourdaloue a composé plusieurs Passions.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.007
Dictionnaire Français