enchanter
étymologie
Du latin incantare dont dérive aussi incantation voir chant pour le rapport étymologique étroit entre le chant et la magie.

verbe

enchanter transitif conjugaison

  1. Charmer, ensorceler par des sons, par des paroles, par des figures, par des opérations magiques.
    • Le mépris où il tenait le nationalisme dont j’ai toujours eu l’aversion, le dédain qu’il témoignait pour les trémolos sur le grand air de patrie qui enchantaient le sentimentalisme alangui de mon cher Paul Deschanel achevèrent de m’attacher à lui. (Joseph Caillaux, Mes Mémoires : (I) Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • Si un vol facile, même de longue durée, peut enchanter, donner au pilote l’impression qu’il est un être supraterrestre, la difficulté aiguise l’énergie, accroît la volonté et accorde dans la lutte des satisfactions innombrables et dans la victoire un enivrement qui pousse à croire que l’homme est tout-puissant devant les éléments déchaînés. (Dieudonné Costes et Maurice Bellonte, Paris-New-York, 1930)
  2. (Figuré) Emplir d’un vif plaisir, d’une grande admiration.
    • Cette chance infaillible l’avait d’abord enchanté. Plus tard, elle ne fit que l’amuser ; puis elle le laissa froid et bientôt elle l’ennuya. (Charles Deulin, Cambrinus)
  3. (pronominal) Se pénétrer d’un vif plaisir, d’une grande admiration.
    • Je n’osais plus m’enchanter de ma geste future mais dans le fond j’étais terrorisé : on avait dû se tromper d’enfant ou de vocation. (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, page 138)
synonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.031
Dictionnaire Français