patronage
étymologie
De patron et suffixe -age.

nom

SingulierPluriel
patronagepatronages

patronage \pa.tʁɔ.naʒ\ masculin

  1. Rapports de protection qui existaient à Rome entre les patrons et leurs clients.
    (Par extension) Protection qu’un homme puissant accorde à un homme d’une condition inférieure.
    • Le patronage de ce ministre lui a été fort utile.
  2. Protection d’un saint-patron.
    • Une chapelle sous le patronage de saint Pierre.
  3. Association qui donne protection et secours aux pauvres. (Par extension) L
    • Œuvre de patronage des enfants orphelins. - Colonie de vacances d’un patronage.
  4. (Par extension) Le local où se réunissent les enfants ou adolescents qui en reçoivent le bénéfice.
    • Il a passé sa journée au patronage.
  5. (histoire) Droit qu’un prélat ou un seigneur laïque avait de nommer à un bénéfice ecclésiastique.
    • Sa terre lui donnait droit de patronage sur cette chapelle.
  6. (Par extension) (Plus rare) Contrôle exercé par la puissance publique sur le clergé.
    • Elles adressèrent au gouvernement les remontrances les plus énergiques, et lui recommandèrent d’assumer lui-même le patronage du clergé. (Anonyme, Mexique.- Situation des partis, Revue des deux Mondes, 1829, tome 1)
  7. (Économie) Soutien moral explicite, parrainage apporté à une personne, une manifestation ou une organisation.
  8. (Canada) (anglicisme) (vieilli) Favoritisme du parti au pouvoir envers ses amis (donateurs, ex-députés, etc). De nos jours, dans le cas des faveurs aux donateurs, on dit plutôt retour d'ascenseur, quoique ce terme serve aussi dans d'autres contextes.
    • L'étude du patronage des partis provinciaux du Québec, de 1944 à 1970
synonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.006
Dictionnaire Français