poussée
nom

SingulierPluriel
pousséepoussées

poussée féminin \pu.se\

  1. Action de pousser.
    • Une bousculade plus violente se produisit ; les petits veaux et les génisses rejetés de droite et de gauche par la poussée des grands bestiaux s’égratignèrent aux ronces flottantes des haies. (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  2. (En particulier) Action de pousser violemment.
    • Donner une poussée à quelqu’un.
  3. (physique) (architecture) Pression, effort exercé par un objet (une construction, par des terres).
    • Il faut que cet arc-boutant soit bien fort pour soutenir la poussée de cette voûte, de cette arcade. — Ce mur est assez épais pour résister à la poussée des terres.
  4. (Médecine) Manifestation brusque, subite d’un mal, d’une maladie.
    • La suppression de la fonction ovarienne entraîne souvent une poussée d’obésité à laquelle s'associe l’empâtement des formes, du masculinisme avec hypertrichose, rappelant dans une certaine mesure le masculinisme cortico-surrénal. (Paris médical: la semaine du clinicien, vol. 35-36, Paris : chez J.B. Baillière et fils, 1920, p. 363)
  5. (Figuré) Accès.
    • Il s’ensuit au début des années 1990 une poussée de japonophobie aux États-Unis, puis l'abandon par Bill Clinton en 1993 de la S.I.I.. En synchronie, le Japon réduit ses investissements directs et diminue ses prêts à court terme […]. (Jacques Népote & Marie-Sybille de Vienne, Japon: une stratégie pour le XXIème siècle, CHEAM, 1999, p. 103)
  6. (Figuré) (familier) Grande quantité qui survient à la fois.
    • Une poussée de travail.

traductions
traductions
  • allemand : Schub masculin

traductions
  • allemand : Schub masculin

traductions
traductions
  • allemand : Schub masculin

forme fléchie

poussée \pu.se\

  1. Participe passé féminin singulier du verbe pousser.
forme fléchie


poussée

  1. Féminin singulier de poussé.
    • L’école a tendance à simplifier, à « typiciser », presque à caricaturer la réalité mouvante, pour des raisons de transmission et d’évaluation, d’une part, et en raison de l’absence d’une compréhension solide et d’une formation poussée chez ceux qui font les manuels, qui font les programmes, qui enseignent, d’autre part. Tout ça amène à figer les contenus pour les rendre transmissibles d’une génération à l’autre, et ça finit par paraitre décrire la réalité. (Djaouida Hamdani Kadri, ‎Lahcen Elghazi, Voies multiples de la didactique du français ; Entretiens avec Suzanne-G. Chartrand, Jean-Louis Chiss et Claude Germain, 2016)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.005
Dictionnaire Français