requinquer
étymologie
(XVIe siècle) Mot d’origine obscure, popularisé par une chanson, au temps de François Ier, où l’on se moquait d’une vieille femme coquette cherchant à se parer comme une jeune, et dont le refrain était : « Requinquez-vous, vieille, Requinquez-vous donc ». Il est donné comme picard par certains voir quinquin mais était aussi connu en Provence.
Ce verbe existe aussi dans le parler tourangeau et angevin, ainsi qu’au Québec.
Peut-être une déformation de reclinquer « réparer les bordés d’un bateau assemblé à clins » ; comme par opposition à déglinguer, qui serait une déformation de déclinquer.

verbe

requinquer \ʁə.kɛ̃.ke\ transitif et pronominal conjugaison (pronominal : se requinquer)

  1. (familier) (vieilli) Réparer le désordre de sa toilette.
  2. (familier) (vieilli) Remonter sa garde-robe.
    • C’était bien aussi mon idée de requinquer Musette quand Médicis m’aura payé, car c’est avec lui que j’ai traité et pas avec mes modèles.  (Henry Murger, Scènes de la vie de bohème , 1848)
  3. (familier) Redonner une belle apparence, une bonne allure, à quelque chose.
    • Il a requinqué la vieille baraque.
  4. (familier) Redonner ou reprendre des forces, (se) remettre d’aplomb, soit au physique, soit au moral, ragaillardir, regonfler, remonter, retaper.
    • Sers moi un verre, pour me requinquer.
synonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.005
Dictionnaire Français