bâtonner
étymologie
Dérivé de bâton avec le suffixe désinentiel -er.

verbe

bâtonner \bɑ.tɔ.ne\ transitif conjugaison

  1. Frapper de coups de bâton [1&2].
    • Le conducteur est assis sur le brancard, d’où il peut haranguer et bâtonner sa mule tout à son aise, et laisse ainsi une place de plus à ses pratiques. (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • L’autorité féroce et sans contrôle de bachagas fantastiques, qui se mouchent gravement dans leurs grands cordons de la Légion d’honneur, et pour un oui ou pour un non font bâtonner les gens sur la plante des pieds. (Alphonse Daudet, Tartarin de Tarascon, 1872)
  2. (Peu usité) Rayer un écrit [2].
  3. (viticulture) Remuer les lies qui se déposent au fond des fûts ou cuves lors de la vinification afin de remettre en suspension les levures et intensifier leur activité. Cette opération était traditionnellement réalisée à l’aide d’un bâton, d’où son nom, elle se pratique aujourd’hui avec un fouet ou une tige pourvue à son extrémité d’ailettes.
    • Il ne faut pas confondre un vin bâtonné avec un vin battu ou fatigué par des manipulations récentes (mise en bouteilles, transport, etc.)
synonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.019
Dictionnaire Français