garni
étymologie
De garnir.

adjectif

SingulierPluriel
Masculingarni
\ɡaʁ.ni\
garnis
\ɡaʁ.ni\
Féminingarnie
\ɡaʁ.ni\
garnies
\ɡaʁ.ni\

garni \ɡaʁ.ni\

  1. (cuisine) Enrichi, accompagné d’un mets complémentaire.
    • Choucroute garnie : Choucroute à laquelle sont ajoutées des saucisses, des tranches de jambon, etc.
    • Le dîner peut comprendre une « viande garnie » si la ration de viande n’a pas été suffisante au déjeuner.
  2. Équipé de tout ce qui est nécessaire.
    • Hôtel garni.
  3. Muni de quelque chose.
    • On faisait des vœux… des prières… tout le temps qu’il était dehors… pour qu’il revienne indemne et garni… il a ramené un pigeon. (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Mort à crédit, Denoël, Paris, 1936)
  4. (Héraldique) Qualifie la garde des armes à poignée (épées, sabres, cimeterres, couteaux…) qui est d’un autre émail.
    • D’azur au couteau de chasse d’argent, au manche de gueules garni et clouté d’or, posé en pal, qui est de Durmenach voir illustration « couteau garni »
  5. (Héraldique) Se dit d'un meuble que l’on complète avec un autre meuble.
    • D’azur à l’épée haute d’argent ornée d’or accostée, à dextre, d’une croix de Lorraine d’or et, à senestre, d’un crosseron du même garni d’un sudarium d’argent., qui est de Brantigny voir illustration « crosseron garni »
antonymes
traductions
nom

SingulierPluriel
garnigarnis

garni \ɡaʁ.ni\ masculin

  1. Meublé et équipé, en parlant d’une chambre, d’un studio, d’une chambre d’hôtel.
    • Puis, vers les dix heures, il s’achemina vers son garni. (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
    • Le voisinage immédiat d’un grand hôtel garni, ou d’un de ces garnis infimes où se rassemblent les tapageurs et les mauvais sujets, est ordinairement un motif suffisant pour refuser une tolérance. (Alexandre-Jean-Baptiste Parent-Duchâtelet, De la prostitution dans la ville de Paris, 1837)
    • Des garnis sans rideaux, des gargotes, des débits grouillants de vermine occupent —entre les loges des filles— la longueur des façades et une humanité malpropre, hébétée, loqueteuse s’y agite machinalement. (Francis Carco, L’Amour vénal, chapitre I, Éditions Albin Michel, Paris, 1927, page 8 ↗)
    • La rue de Jérusalem, entendez la police, tient ces garnis à l’œil : hôtes de passage, ouvriers journaliers ou escarpes n’échappent pas à sa surveillance. (Ange-Pierre Leca, Et le choléra s’abattit sur Paris - 1832, Albin Michel, 1982, p. 23)
  2. (Métallurgie) Accrétion de matières dans un four .
  3. (construction) Morceau de pierre que l’on place, avec du mortier, dans les intervalles des pierres de taille garnissage.
  4. (QC) (Désuet) Serviette hygiénique.
    • Mais les kotex sont encore très chers... je veux dire d'un prix trop élevé pour les pauvres gens. On peut les remplacer par des bandes, appelées vulgairement garnis, faites de coton ouaté ou de flanellette, ou d'étoffe quelconque absorbant l'humidité. Ces bandes peuvent être piquées par carreau, afin de leur donner plus de solidité, car elle seront lavées dans des eaux fortes spéciales, à la buanderie, ou même à la maison. Pour indiquer les précautions à prendre, on met les garnis salis dans des sacs en attendant le lavage ou pour envoyer à la buanderie. (Marcelle Gauvreau, Lettre à Marie-Victorin, 8 décembre 1936, dans Lettres au frère Marie-Victorin, éditions Boréal, Montréal, 2019, page 85)
forme fléchie

garni \ɡaʁ.ni\

  1. Participe passé masculin singulier de garnir.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.005
Dictionnaire Français