humble
étymologie
Du latin humilisbas », « près du sol ») dérivé de humusterre », « sol »).

adjectif


humble (h muet)\œ̃bl\ masculin et féminin identiques

  1. Qui manifeste de l’humilité, une extrême modestie, qui s'abaisse volontairement.
    • L’homme humble ne se croit – ou ne se veut – pas inférieur aux autres : il a cessé de se croire – ou de se vouloir – supérieur.(André Comte-Sponville, Dictionnaire philosophique, Presses universitaires de France, 2001)
    • Il sait parler d'un ton humble. Avoir d’humbles sentiments de soi-même.
  2. Qui porte trop loin la déférence et le respect.
    • Il est toujours humble et soumis devant lui devant les grands de ce monde.
  3. Qui marque du respect et de la déférence, en parlant des choses.
    • Garder un humble silence, une humble attitude.
    • Présenter une très humble requête. Faire une très humble supplication.
  4. (quelquefois) Qui est modeste.
    • Avoir une humble défiance de soi-même.
  5. (Figuré) Qui a peu d’élévation, peu d’apparence, peu d’éclat, qui est sans prétention.
    • Un bouquet d'humbles violettes.
  6. (Figuré) Qui est médiocre, peu relevé.
    • Remplir les fonctions les plus humbles. Être réduit à une humble condition.
  7. Qui est d’une condition sociale très modeste.
    • …: les docteurs du Talmud ne donnaient-ils pas eux-mêmes l'exemple en exerçant, pour assurer leur gagne-pain, les métiers les plus humbles, tels que forgerons, ou savetier, ou fabricant d'épingles, etc. …? (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Combien de fois des Maliens humbles ont été dépossédés de leurs biens en plein midi au profit de richissimes hommes d’affaires aux « bras longs » avec la complicité de juges véreux ? . (A. M. T., Il faut le dire : Doux rêve !, sur le site BamaNet (http:/ /bamanet.net), 28 septembre 2009)

traductions
nom


humble (h muet)\œ̃bl\ masculin et féminin identiques

  1. Celui ou celle qui est humble, qui est de condition modeste.
    • Il donne aussi une clef pour le salut collectif, dans l’explication qu’il fournit de la défaite calvinienne : elle est la défaite du savant par les humbles, ceux qui ont, en eux, une perception naturelle de la Vérité. (Denis Crouzet, Les guerriers de Dieu, éditions Champ Vallon, 2005)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français