fenêtre
étymologie
De l’ancien français fenestre, du latin fenestra.

nom


fenêtre \fə.nɛtʁ\ ou \fnɛtʁ\ féminin

  1. (Architecture) Ouverture faite dans certaines parties d’un bâtiment, pour donner du jour et de l’air à l’intérieur.
    • Des fenêtres, là-haut, s'ouvrent, creuses et noires comme des orbites béantes dans le crâne d'un squelette. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Elle disposa les fleurs au chevet, fit arrêter le balancier de l'horloge, voiler les glaces et les miroirs, fermer les fenêtres et cacher les portraits. (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 21)
    • Par la fenêtre entr’ouverte, l’air entrait, gonflant comme une voile les rideaux de mousseline, et j’apercevais un pan de ciel bleu, […]. (Octave Mirbeau, La Chambre close, Ernest Flammarion, Paris, 1920)
    • Tout à l’heure, en traversant une petite ville, à je ne sais quelle fenêtre borgne, dans une rue triste et terne, j’ai vu un corsage de velours noir se pencher à demi au-dessus d’une fenêtre et de grands yeux noirs jeter un éclair. (Hippolyte Taine, Voyage en Italie, vol.2, 1866)
    • Qu’avez-vous donc ? demanda Coconnas à La Mole, qui, arrêté à la vue du vieux château, regardait avec un saint respect ces ponts-levis, ces fenêtres étroites et ces clochetons aigus qui se présentaient tout à coup à ses yeux. (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre V)
  2. (menu) Bois et son vitrage qui composent la croisée.
    • Deux petites cabanes apparurent sur le Cap Tobin, et le soleil, frappant dans les carreaux d'une fenêtre, nous fit croire un instant à des signaux lumineux ; […]. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Le lundi, dix-huitième jour du mois d’août 1572, il y avait grande fête au Louvre.
      Les fenêtres de la vieille demeure royale, ordinairement si sombres, étaient ardemment éclairées ; […].
      (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre I)
  3. (familier)
    • Chassez-le par la porte, il rentrera par la fenêtre, se dit d’un importun dont on ne peut se débarrasser.
  4. (anatomie) Deux ouvertures placées à la paroi interne de la cavité du tympan.
    • La fenêtre ronde.
    • La fenêtre ovale.
  5. (Figuré) Lieu présentant les meilleurs aspects d'un régime, d'une entité…
    • Nova Goriza, fenêtre du titisme.
  6. (astronomie) Période de temps pendant laquelle un lancement peut être effectué pour atteindre son but.
    • Il n’y aura pas de meilleure fenêtre pour Mars avant 2008.
  7. (Figuré) (Par extension) Moment opportun qui ne se représentera plus.
    • Il y a une fenêtre à saisir, non pour changer à la marge la politique énergétique et climatique, mais pour la transformer en profondeur. (La France creuse son retard sur ses objectifs climatiques)
  8. (info) Élément d’une interface graphique d’un utilisateur. C’est une zone rectangulaire de l’écran affectée à l’affichage de tout ou partie d’un logiciel.
    • Lorsque je fais de la bureautique, j’ai rarement plus de trois fenêtres ouvertes en même temps.
  9. (info) Pour les protocoles de transmission de données à travers un réseau, ensemble des données transmises qui n’ont pas encore fait l’objet d’un acquittement.
  10. (horlogerie) Ouverture dans la platine d'une montre.
synonymes
traductions
traductions
forme fléchie

fenêtre \fə.nɛtʁ\ ou \fnɛtʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de fenêtrer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de fenêtrer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de fenêtrer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de fenêtrer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de fenêtrer.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.052
Dictionnaire Français