pente
étymologie
Du latin vulgaire pendita, participe passé féminin substantivé de pendere : « chose pendue ou pendante, chose penchée ».

nom

SingulierPluriel
pentepentes

pente \pɑ̃t\ féminin

  1. Inclinaison d’un terrain ; toute déclivité en montée ou en descente.
    • …on avait établi, dans toutes les rues en pente avoisinant l’école, de superbes glissades. (Louis Pergaud, Deux Veinards, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Les pentes vertes du mont San Giachinno, au Sud de l’île, contrastaient étrangement avec la partie Nord [sic], hérissée de petits cônes volcaniques et presque entièrement dépourvue de végétation. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Par exemple, sur les premières pentes du mont Ventoux, la jolie commune de Bédoin, qui avait 1922 habitants, n’en a plus que 1546. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Sur la pente des toits exposés au soleil, la neige commença à mollir, puis elle fondit presque aussitôt et un bruit d'eau dégorgeant des chanlates ou ruisselant des tuiles sur la chaussée, annonça le dégel. (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 157)
    • La pente du glacier nous est donnée par l’altitude des cordons morainiques, soit une pente de 100 m pour 4 km (2,5 %). (Sylvain Coutterand et Gérard Nicoud, Les Stades de retrait du glacier de l’Arve entre le verrou de Cluses et l’ombilic de Chamonix (Vallée de l’Arve, Haute-Savoie), Quaternaire, 16, (2), 2005, pages 85-94)
  2. (Figuré) Inclination ; penchant ; propension ; tendance.
    • Car qui doute que nous ne désirions tout ce qui nous est utile ? une pente naturelle nous y porte , & nous ne sçaurions nous empêcher de la suivre : il n’y a donc personne qui rejette ce qui est utile & qui même ne le recherche avec beaucoup d'ardeur. (La Bibliothèque des Poëtes latins et françois : Ouvrage aussi utile pour former le cœur, qu'agréable pour orner l'esprit, anonyme (probablement Charles Noblot), Paris, chez Rollin fils, 1731, page 134)
    • À cause d’elles je m’occupais de lui plus que la pente de mon caractère ne m’y eût naturellement porté. (André Gide, La Porte étroite, 1909, Le Livre de Poche, page 83)
    • ''Et lorsque l’instant arriva où la messe devait être commencée, elle suivit la pente de son cœur :/>– Ma foi, tant pis, je sens que je ne peux pas vous quitter. (Charles-Louis Philippe, Dans la petite ville'', 1910, réédition Plein Chant, page 135)

    • Le désir de croire à la manipulation est également puissamment attaché aux expériences infantiles. […]. La vision manipulatoire du système social est donc une sorte de pente naturelle pour tous, à des degrés divers. (Emmanuel Todd, Le Fou et le Prolétaire, 1979, réédition revue et augmentée, Paris : Le Livre de Poche, 1980, page 153)
  3. (tapisserie) Pièce d’étoffe qui tombe du ciel de lit, du lambrequin ou du bandeau d’une fenêtre.
    • Les pentes du lit.
    • Une pente de damas.
  4. (Spécialement) Partie latérale d’une tente qui pend verticalement.
  5. (analyse) (Géométrie) Coefficient directeur.
  6. (cartographie) (topographie) Angle de l’axe d’un caractère avec la ligne de base.
  7. (astronautique) Angle que forme la direction de la vitesse d’un aéronef ou d’un véhicule aérospatial avec le plan horizontal local.
synonymes
inclinaison de terrain
inclination, propension, tendance.

traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.021
Dictionnaire Français