cueillir
étymologie
(Xe siècle) Du latin colligererecueillir, rassembler » voir con-, legere). L’infinitif cueillir doit son radical aux formes accentuées de l’ancienne diphtongue -ue- issue de \ɔ\ ouvert dont la prononciation a évolué jusqu’à \œ\ (pour un exemple semblable voir cor qui a fait cuer en ancien français puis cœur), et sa terminaison -ir à une réfection analogique (d’après le parfait coilli).

verbe

cueillir \kœ.jiʁ\ transitif conjugaison

  1. Détacher des fruits, des fleurs, des légumes de leurs branches ou de leurs tiges.
    • Les deux couples riaient, bavardaient, cueillaient des fleurs, se cajolaient et se mignotaient, luttaient et se roulaient sur l’herbe, et les jeunes filles fumèrent des cigarettes. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 55 de l’éd. de 1921)
    • Il était allé lui cueillir un bouquet de coucous pour mettre au pied de la statue de la Vierge qui trônait sur un vieux confiturier reconverti en fourre-tout de laines et de tissus où elle puisait pour occuper ses doigts. (Élise Fischer, Le Rêve de la Grenouille : une enfance lorraine, Paris : Presses de la Cité, 2011, chap. 9)
    • (Absolument)On avait cueilli autour de l’église et dans le cimetière. Maigrement fruités les arbres donnèrent moins d’une demi-hottée chacun ; mais quelle graine ! Nourrie du suc des Trépassés, ronde comme une prunelle. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • (Figuré) Cueillir des palmes, cueillir des lauriers, remporter des succès, des victoires.
  2. (Figuré) Prendre.
    • Ce fut, en ce temps de relative splendeur, qu’un soir de bombe, à Montparnasse, il cueillit Geneviève à une table de café. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette ↗, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, pages 29-30)
    • Cueille ce triste jour d’hiver sur la mer grise (Valery Larbaud, Carpe Diem)
    • Cueillir un baiser sur les lèvres de sa bien aimée.
  3. (Figuré) (familier) Arrêter un coupable par surprise au moment où il se croyait hors d’atteinte.
    • Comme on l’avait à l’œil pour un vol de soieries, on a été le cueillir doucement à la sortie du spectacle. (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Mort aux ténors (roman), ch. III, Série noire, Gallimard, 1956, p. 25)

traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.024
Dictionnaire Français