fâcher
étymologie
Du latin fastidio devenu, en latin populaire fasticare, voir fastic en ancien occitan.

verbe

fâcher \fɑ.ʃe\ transitif ou pronominal conjugaison (pronominal : se fâcher)

  1. Mettre en colère, irriter.
    • Mais, quand j’y songe deux fois, je ne puis être longtemps fâché contre un homme qui ne peut avoir d’autre motif que son zèle pour le service de son maître. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  2. Mettre dans le déplaisir, dans la peine.
    • Cet événement me fâche beaucoup. Votre refus l’a un peu fâché. Je vous ai fait mal; j’en suis bien fâché.
  3. (pronominal) Se mettre en colère.
    • On n’a recours aux invectives que quand on manque de preuves. Entre deux controversistes, il y a cent à parier contre un, que celui qui aura tort se fâchera. (Denis Diderot, Pensées philosophiques, Texte établi par J. Assézat, Garnier, 1875-77)
    • Te fâche pas, Jo, qu’il a rambiné très papelard, à toi la parole, je ne l’ouvre plus. (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Mort aux ténors (roman), Gallimard, 1956, chapitre XIX)
  4. (pronominal) Se brouiller avec quelqu’un.
  5. (Régionalisme) Gronder.
    • Au moins promettez-moi de ne pas le fâcher... Je lui expliquerai demain. Si vous pouvez, préparez-le... (Suzanne Pairault, Florence fait un diagnostic, Bibliothèque verte)
    • De peur de se faire fâcher par sa mère, à quelques pas de l'école, il fit demi-tour et retourna chez lui le faisan à la main, ne sachant plus quoi en faire. (Gérard Brutus, Victor, l'enfant d'un autre, Éd. Flanant, Limoges 1999)
synonymes
traductions
traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.006
Dictionnaire Français