trac
étymologie
(Nom 1) De l’ancien français trac.
(Nom 2) De l’onom trak qui dépeint le sursaut de quelqu'un qui est soudain pris de peur. Selon une autre hypothèse, proposée par A. Becker-Ho, le mot serait un emprunt au Romani trach lui-même probablement issu d'une langue de l’Inde : le sanscrit a trāsa- (« frayeur, terreur, angoisse ») voir strach en tchèque.

nom

SingulierPluriel
tractracs

trac \tʁak\ masculin

  1. (vieilli) Allure du cheval, du mulet, etc.
    • Le trac des chevaux.
  2. (vieilli) Trace et de la piste des bêtes.
    • Suivre une bête au trac.

nom

SingulierPluriel
tractracs

trac \tʁak\ masculin

  1. (familier) Sentiment d'appréhension irraisonnée avant d'affronter le public, d'entrer en scène. Peur qu’éprouvent les acteurs, chanteurs, orateurs, etc., au moment de paraître en public.
    • Avoir le trac.
    • Elle attendait le trac qui ne venait pas. Pourtant tous les bons comédiens l'ont. (Françoise Sagan)
    • C’était bel et bien l’espion qui a le trac d’être pris et qui ne veut plus continuer son redoutable métier. (Pierre Souvestre et Marcel Allain, Fantômas, 1911, Éditions Robert Laffont, Bouquins, tome 1, page 1002)
  2. (familier) Sentiment d'appréhension éprouvé dans une situation délicate ou cruciale.
    • – On veut se dépêcher, disait-il, il faudrait avoir le temps de fouiller dans toutes ces affaires ; on ne peut pas, parce que, il n’y a pas à dire, on a tout de même un peu le trac. (Charles-Louis Philippe, Dans la petite ville, 1910, réédition Plein Chant, page 162-163)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.007
Dictionnaire Français