troupe
étymologie
Du bas latin troppustroupeau »), issu du vieux-francique thropentassement »), dont sont issus trop et troupeau.

nom

SingulierPluriel
troupetroupes

troupe \tʁup\ féminin

  1. (Nom collectif) Réunion d’un certain nombre de personnes qui marchent ou agissent de concert.
    • Lorsque la troupe des pastoureaux entra dans Orléans, le jour de saint Barnabas, l’évêque de cette ville interdit à tous ses clercs d’assister à ses prédications ; car, disait-il, ce sont les souricières du diable. (Jean-Charles-Léonard Simonde Sismondi, Histoire des Français, T. 5, 1836, page 194)
    • Au cours du procès Zola, les antisémites recrutèrent des troupes de manifestants soldés, qui étaient chargés d’exprimer les indignations patriotiques ; le gouvernement de Méline protégeait ces manœuvres […]. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. VI, La moralité de la violence, 1908, page 275)
  2. (ellipse) Troupe de comédiens, réunion d’acteurs associés ou réunis par un directeur, pour jouer la comédie en public.
    • Il avait appartenu, en qualité de porteur, à une troupe d’acrobates de cirque, puis s’était entraîné au tapis, en vue d’un numéro de « flic-flac » avec rattrape sur les épaules. (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • De loin en loin, une troupe de zarzuela ou de danseuses espagnoles venait monter sur les tréteaux dans quelque fondouk inoccupé. (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, page 19)
  3. (absolument) Corps de soldats.
    • La plupart des troupes européennes sont composées de nationaux et de mercenaires; […]. Que ces troupes sont différentes de ces Romains qui conquirent le monde. (Frédéric II et Voltaire, L’Anti-Machiavel, 1739 - (édition de 1947))
    • Ce fut en l’année 574 que les troupes du roi d’Austrasie, après plusieurs jours de marche, arrivèrent près d’Arcis-sur-Aube.(Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 2e récit : Suites du meurtre de Galeswinthe — Guerre civile — Mort de Sighebert (568-575), 1833 - éd. Union Générale d’Édition, 1965)
    • Nos troupes piétinantes, hommes, chevaux, canons, poursuivaient lentement leur retraite. (Paul et Victor Margueritte, Le Désastre, 86e éd., Plon-Nourrit & Cie, page 168)
    • Obsédées par la crainte des « francs-tireurs », les troupes d’invasion ont déjà, le 24 août, incendié Haybes et mis à mort soixante civils du lieu, avec une grande cruauté […] (Henri Manceau, Des luttes ardennaises, 1969)
  4. (En particulier) Ensemble des sous-officiers et soldats, par opposition aux officiers.
    • […] : c’est ce qui explique le grand prestige qu’acquirent immédiatement sur de jeunes troupes, tant de sous-officiers de l’Ancien Régime que l’acclamation unanime des soldats porta aux premiers rangs, au début de la guerre. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. VII, La morale des producteurs, 1908, page 350)
  5. (Par extension) Personnes qui agissent ensemble.
    • « On a l’impression d’être devenus la bête à abattre », observe cette femme de 58 ans, bosseuse et près de ses troupes, toujours prête à soutenir ceux dont le moral flanche. (« Beaucoup de gens, à Paris, sont moins bien logés que mes vaches » : le désarroi du monde agricole face à l’« agribashing »)
  6. Animaux groupés ensemble.
    • Les oies sauvages vont en troupe.
traductions traductions traductions traductions traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.007
Dictionnaire Français