veine
étymologie
Du latin vena, de même sens.

nom

SingulierPluriel
veineveines

veine \vɛn\ féminin

  1. (anatomie) Vaisseau qui ramène le sang au cœur.
    • Veine cave.
    • Il s’est rompu une veine.
    • On lui a ouvert la veine.
  2. (Par extension) Surtout au pluriel, Tout vaisseau sanguin.
    • Le sang qui coule dans ses veines.
    • (Figuré) L’âge où le sang bouillonne dans les veines, où le sang est glacé dans les veines, La jeunesse, la vieillesse.
    • Le sang lui bout dans les veines se dit d’un Jeune homme ardent, fougueux, dans la première vigueur de l’âge.
    • Il n’a plus une goutte de sang dans les veines, se dit d’un homme saisi d’effroi, d’épouvante, d’horreur ou de quelqu’un extrêmement anémique.
    • Cet homme n’a pas de sang dans les veines, il n’a aucun courage, aucun sentiment de fierté.
    • Tant que le sang, tant qu’un reste de sang coulera dans mes veines, aussi longtemps que je vivrai.
  3. (botanique) Nervure de la feuille.
  4. Marques longues et étroites qui vont en serpentant dans le bois, dans les pierres dures.
    • Ces fonts baptismaux étaient faits d’une espèce de marbre rouge, marqueté de plusieurs veines de diverses couleurs; ce marbre avait été tiré d'une marbrière située au-dessus de Maxainville, […]. (Augustin Calmet, Notice de la Lorraine, 1756, Lunéville : Mme George, 1840, vol.2, p. 165)
    • Le bois de noyer a de très belles veines.
  5. (Géologie) Filon d’un dépôt long et mince.
    • Enfin le calcaire de cet étage contient çà et là des veines de lumachelle non gélive et très-recherchée pour les constructions. (A. Leymerie, Statistique géologique et minéralogique du département de l’Aube, Troyes : chez Laloy, Paris : chez J.B. Baillière, etc., Londres : chez H. Baillière, 1846, p. 462)
    • Veine d’or, d’argent Veine de soufre, de houille, de sel gemme.
    • Veine d’eau, petite source qui court sous terre.
    • Il y avait autrefois une veine d’eau en ce endroit, mais elle est tarie.
  6. (Figuré) (familier) Heureuse rencontre, heureux hasard, chance.
    • […], je me mets à songer à mon pauvre vieux bougre de père qui n’a vraiment pas de veine avec sa progéniture. Il avait déjà un fils qui mangeait la grenouille. Il va apprendre, un de ces jours, que son autre enfant est un maître chanteur. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette ↗, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 229)
    • Cet homme est tombé sur une bonne veine.
    • Il est en veine de bonheur.
    • Il est dans une bonne veine.
    • Il a su profiter de la veine.
  7. (Figuré) Génie poétique, talent pour la poésie.
    • La veine galante se développe en effet et se raffine dans les récits anciens de type monogatari, […]. (L’Aube au printemps, traduit et présenté par André Geymond, édition Picquier, 2012, page 8)
    • Il a une veine noble et féconde.
    • Sa veine est tarie.
  8. (analogie) Voie de circulation, artère.
    • Sous tant de noms divers, ce n’étaient toujours que deux rues, mais les deux rues mères, les deux rues génératrices, les deux artères de Paris. Toutes les autres veines de la triple ville venaient y puiser ou s’y dégorger. (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1832, p. 141)
    • Si le Canal de Suez est une veine maîtresse du commerce mondial (...), c’est parce que la route des Indes représente l’aorte de l’univers. (Paul Morand, La route des Indes, 1936, Plon, p. 6)

traductions
traductions
traductions
traductions
traductions
forme fléchie

veine \vɛn\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe veiner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe veiner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe veiner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe veiner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe veiner.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.058
Dictionnaire Français